jeudi 2 avril 2015

Jeudi poésie - Les voix


une étrange atmosphère


(photo stèle pré-celtique abbaye du Daoulas)
Les voix

Où sont-elles les voix aimées
Entendues et écoutées
Dans le cœur elles susurrent
Et s’estompent dans un murmure

La voix d’un père silencieux
Aimant mais taiseux
La voix d’une mère qui enchante
Au fond de soi toujours présente
Les voix d’amis aux rires partagés
Des souvenirs des larmes versées

Ainsi remontant le temps perdu
Des douces voix qui se sont tues
Dans le doute inévitable
Je perçois encore d’ineffables
Paroles chuchotées
Des mots tendres envolés

Un chant venant de l’au-delà
Qui jamais ne s’arrêtera
Les voix s’écoulent avec le temps
Pour elles restera nos printemps


LC de la Cachette - texte, clic sur photo

35 commentaires:

  1. Au premier regard, j'avais pensé à un pouce de César, mais non... visage et silhouette sont bien esquissés...
    Belle journée à toi, Josette, je t'embrasse.

    RépondreSupprimer
  2. Chère Josette, les "voix" tu le dis si bien! Elles restent en nous, on en reconnaît soudain la gravité ou le rire cristallin. Jacques brel le disait déjà: "on n'oublie rien, de rien on n'oublie rien du tout"...Ton poème est très beau,très ressenti. Merci!

    RépondreSupprimer
  3. Même réflexe que Norma: "thumbs up" et noeud pap! Magnifique stèle fleurie.
    Les voix chères nous murmurent: une photo, une fleur, le simple fait d'ouvrir une porte, l' odeur au détour du chemin. Elles nous sont chères ces voix si lointaines.

    RépondreSupprimer
  4. On garde plus longtemps leur image en tête que le son de leur voix....qui petit à petit s'efface de notre mémoire.... mais on ne les oubliera jamais nos chers disparus... merci, bises

    RépondreSupprimer
  5. Un beau texte très émouvant... Les voix ne sont pas loin, les yeux du cœur les écoutent...

    RépondreSupprimer
  6. J'entends aussi le chant de la terre la musique des arbres, quelle harmonie!
    les murmures des êtres aimés font revenir les temps d'enfant "remonter le temps perdu"? le temps ne se perd pas Josette, la preuve dans cette si belle poésie, tu l'entends.
    j'aime bien ta page Josette emplie d'une douce spiritualité qui vogue autour de cette stèle.
    bisou et bonne journée

    RépondreSupprimer
  7. Très belle manière d'ecrire ces mots !!
    On ne peut rien oublier je pense !
    Bises Josette

    RépondreSupprimer
  8. Ton image m'évoque le roman que je suis actuellement en train de lire, "les Pierres couchées" de J. Vandroux.,
    Même si la tienne n'est pas couchée du tout. Mais c'est la même ambiance.
    Quant à mes chères voix, elles sont heureusement toujours dans ma mémoire.
    Bisous Josette

    RépondreSupprimer
  9. Bonjour Josette.Ton joli poème m'a serré le coeur. J'ai repensé à la jolie voix de ma mère quand elle chantait, à celle de mes grands-parents, au rire de mon amie. Bisous

    RépondreSupprimer
  10. "L'inflexion des voix chères qui se sont tues" écrivait Verlaine au dernier vers de "mon rêve familier.
    Tu as très bien développé ce thème.
    Vu la parenté entre cette stèle et le doigt de César, on peut supposer -plutôt qu'une anticipation-une influence de l'art celtique sur le sculpteur ...Rien n'étant créé ex nihilo.

    RépondreSupprimer
  11. Des chants doux qui viennent du coeur, empreints de nostalgie, merci pour ce joli texte Joette
    Bisous du jour

    RépondreSupprimer
  12. Ce chant venu de l'au-delà m'a bouleversée, Josette, il est sublime et cette stèle pré-celtique de l'abbaye de Daoulas renforce l'impression de mystère qui nous dépasse, par sa bouche en effet semblent provenir les voix aimées du passé. Dès que je serai à Brest, je me précipiterai dans le parc de l'abbaye pour découvrir (ou redécouvrir) cette stèle à laquelle je n'ai pas prêté l'attention qu'il fallait. Merci beaucoup, gros bisous.

    RépondreSupprimer
  13. Bouleversant poème...
    d'une beauté sans nom...
    Oui, les voix de ceux qu'on a aimés se font entendre dans des murmures
    nous rappelant souvenirs, tendresses d'un temps qui n'est plus...

    " Un chant venant de l’au-delà
    Qui jamais ne s’arrêtera
    Les voix s’écoulent avec le temps
    Pour elles restera nos printemps"

    Merci pour ce beau poème Josette

    RépondreSupprimer
  14. superbe poème Josette ! J'ai essayé de retrouver la voix de ma mère après l'avoir lu.....son accent plutôt......cette manière de rouler certains r....cette manie de mêler le patois corse au français.... merci pour ce beau voyage dans le temps ! bises

    RépondreSupprimer
  15. Des voix que nous ne voulons pas cesser d'écouter... Même lorsqu'elles se sont tues.
    Merci pour ton poème, Josette. Il est magnifique.
    Bisous et douce journée.

    RépondreSupprimer
  16. COUCOU Josette et bien on dirait une énorme pouce c'est amusant je trouve*
    CE poème est bouleversant JOsette*
    je pense à la voix de mon père elle était silencieuse
    gros bisous JOsette je repasse plus tard

    RépondreSupprimer
  17. Merci pour ta "voix" m'tiote Josette qui évoque plein de souvenirs attachants !!!
    GROS BECS

    RépondreSupprimer
  18. Un poème très émouvant
    Merci Josette
    Belle soirée

    RépondreSupprimer
  19. Combien faut-il de temps pour oublier les voix ? Il parait qu'elles s'estompent.
    J'entends toujours celles des êtres chers, elles sont là, reliées à mon cœur.
    Gros bisous Josette et Bravo, c'est très touchant.

    RépondreSupprimer
  20. Il y a des voix qui résonnent longtemps dans nos mémoires.

    RépondreSupprimer
  21. Les voix ont reçues beaucoup d’écho.
    Ce poème leur rend un bel Hommage. Ce matin au marché quelqu’un c’est dirigeait vers ma voix sans me voir elle m’avait reconnu , elle me cherchait elle me croyait morte.
    Il y des voix dont je ne me rappelle que le passage d’une note le si
    C’est là après cette note que la main s’abattait sur moi n’importe où
    La note de la main guillotine. Parfois rien que d’entendre cette note d’un inconnu au téléphone me fait raccrocher tout de suite , et d’autre voix sur un timbre velouté qui en 3seconde me ferait manger des miettes de pain comme un oiseau.. belle scupture verticale et joli poéme .
    Merci Josette et joyeuses pâques

    RépondreSupprimer
  22. Un poème que j'ai envie de chuchoter puis chanter en essayant de me rappeler cette stèle de Daoulas...
    Les voix qui nous sont chères résonnent en nous très longtemps ! Un rien les fait renaître !!!
    C'est beau !

    RépondreSupprimer
  23. On dirait le pouce de César place de la Défense à Paris

    RépondreSupprimer
  24. Super joli texte Josette !
    Défi relevé !
    Bises

    RépondreSupprimer
  25. Une sirte de pouce qui a du inspirer César... bonnes fêtes de Pâques
    M de S

    RépondreSupprimer
  26. Quand l'absence se fait présence. un poème émouvant

    RépondreSupprimer
  27. J'entends aussi ces voix dans le silence de moi.
    Elles ne m'encombrent pas, ne m’attristent pas.
    Certaines de ces voix me manquent parfois.
    D'autres non aimées me parlent de l'au-delà.
    Marc.

    Tu as écris un très très beau texte.
    Je le trouve intime, il est vrai !

    Merci pou ton commentaire sous les photos des soirées et nuits dorées de Metz.
    Je te, je vous souhaite de très bonnes et joyeuses fêtes de Pâques.

    Bonne soirée Josette, bises, Marc de Metz.
    @ bientôt.

    RépondreSupprimer
  28. il y a des voix qu'on ne peut oublier

    RépondreSupprimer
  29. beau texte bien qu'un peu triste
    merci de ce partage
    bises et bonne nuit

    RépondreSupprimer
  30. Ton poème est bien nostalgique mais tellement vrai: j'entends encore ma grand mère chanter et mon père nous raconter ses farces d'étudiant!
    C'est aussi superbement écrit; merci! bises; Simone

    RépondreSupprimer
  31. Très bonnes résonnances en mon être intérieur, ta sublime poésie : sublime, car elle touche à la spiritualité ! et parce qu'elle est vraiment très belle !
    Les voix s'estompent, mais restent les paroles, gravées en nous !
    Mais peut être sont ils restés qq part "branchés" avec nous ? Je le pense !
    Merci et bcp de bisous

    RépondreSupprimer
  32. Aujourd’hui pour rimer avec “In”

    Je fête Halloween

    Je suis invitée dans la chaumière

    D’une vieille sorcière

    Pour cette lugubre occasion

    Je dois me vêtir de chiffons

    Et me noircir le visage

    Selon les usages

    C’est dans le plus grand silence

    Que dans la forêt j’avance

    Dans une petite clairière

    Je découvre la maison de la sorcière

    Des citrouilles creusées

    Décorent sa maison hantée.

    Son balai pendu dans sa chaumière

    Ne semble pas mordre la poussière

    Elle paraît très occupée

    On la voit à peine dans l’obscurité

    Elle ne me parle pas

    Elle est en liaison avec l’au-delà

    Les fantômes blancs sont ses amis,

    Ils chantent, ils dansent, ils rient.

    Je sens qu’ils n’ont pas besoin de moi

    Je m’apprête à sortir dans le grand froid

    Quand elle me tend une feuille de papier froissé

    Sur laquelle quelques mots qu’elle vient de déposer

    Les fantômes sont mes amis

    Avec eux je relis les pages de ma vie

    -dimdamdom-

    Voilà juste comme ça pour le plaisir je t'offre mon petit poème ;)

    Bisous Josette!!!
    Domi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. merci Domi... à demain pour la poésie !

      Supprimer