vendredi 18 octobre 2019

Tercets du vendredi - les animaux ont la parole

Chez Lénaïg


Croquettes dopées
font poules "anabolisées"
- chaton averti


Le corbeau guette
ce maudit rusé renard 
caché sous un banc 


Si tu déblatères
je sors de ce chapiteau
illico-presto


LC de la Cachette  texte - Clic sur photos

jeudi 17 octobre 2019

jeudi poésie - les faussaires Brassens



Histoire de faussaire

Se découpant sur champ d'azur
La ferme était fausse bien sûr,
Et le chaume servant de toit
Synthétique comme il se doit.
Au bout d'une allée de faux buis,
On apercevait un faux puits
Du fond duquel la vérité
N'avait jamais dû remonter.
Et la maîtresse de céans
Dans un habit, ma foi, seyant
De fermière de comédie
A ma rencontre descendit,
Et mon petit bouquet, soudain,
Parut terne dans ce jardin
Près des massifs de fausses fleurs
Offrant les plus vives couleurs.
Ayant foulé le faux gazon,
Je la suivis dans la maison
Où brillait sans se consumer
Un genre de feu sans fumée.
Face au faux buffet Henri deux,
Alignés sur les rayons de
La bibliothèque en faux bois,
Faux bouquins achetés au poids.
Faux Aubusson, fausses armures,
Faux tableaux de maîtres au mur,
Fausses perles et faux bijoux
Faux grains de beauté sur les joues,
Faux ongles au bout des menottes,
Piano jouant des fausses notes
Avec des touches ne devant
Pas leur ivoire aux éléphants.
Aux lueurs des fausses chandelles
Enlevant ses fausses dentelles,
Elle a dit, mais ce n'était pas
Sûr, tu es mon premier faux pas.
Fausse vierge, fausse pudeur,
Fausse fièvre, simulateurs,
Ces anges artificiels
Venus d'un faux septième ciel.
La seule chose un peu sincère
Dans cette histoire de faussaire
Et contre laquelle il ne faut
Peut-être pas s’inscrire en faux,
C'est mon penchant pour elle et mon
Gros point du côté du poumon
Quand amoureuse elle tomba
D'un vrai marquis de Carabas.
En l'occurrence Cupidon
Se conduisit en faux-jeton,
En véritable faux témoin,
Et Vénus aussi, néanmoins
Ce serait sans doute mentir
Par omission de ne pas dire
Que je leur dois quand même une heure
Authentique de vrai bonheur.

Georges Brassens

lundi 14 octobre 2019

croqueurs de mots - défi 225 jill à la barre



JB prend le quart n°225 chez les Croqueurs de Môts
Alors à vos belles plumes amis de la langue française...
 Pour le lundi/défi du 14 octobre
Je vous propose de vendre avec
ce chouette tableau, en héritage, digne d'Halloween ! 
 "Soit à votre richissime patron collectionneur,
Soit sur un vide-grenier,
Soit à une galerie d'art,
Soit dans une célèbre émission télévisée sur A2..." 
 A inclure dans votre écrit le verbe emberlucoter !

Mona Liza/Zombie mashup://Beauty en 2019
Grand événement dans le monde de l'Art

Une vente aux enchères d'une œuvre exceptionnelle bientôt chez Sotheby's
En effet, au cours de travaux il a été découvert au Clos Lucé une peinture à l'huile sur bois de peuplier totalement inattendue de Léonard de Vinci  !
Des notes précisent que le Maître à la fin de sa vie aurait eu une vision apocalyptique de Mona Lisa momifiée... 
La Joconde y apparait telle qu'elle serait actuellement après plus de 500 années d'immobilité souriante.

Les plus renommés experts se sont penchées pour authentifier l’œuvre .

Peinture d'une facture inédite pour l'inventeur du sfumato.
Déjà des musées dont le Louvre - qui souhaite présenter les deux panneaux de la Joconde en vis à vis - et de nombreux collectionneurs privés ont fait part de leur intérêt pour cette œuvre authentifiée.

On attend des enchères record dépassant l'entendement.

Actuellement ce panneau inestimable est gardée dans un coffre de verre blindé au château de JB pour éviter toute malveillance à son égard craignant d'avoir été emberlificotés par un montage publicitaire d'un faussaire de génie.


LC de la Cachette  texte  

vendredi 11 octobre 2019

Tercets du vendredi - Facture !


Création
de belle facture
- sculpture




Dîner étoilé
La facture du restaurant
trop salée !


 Facture à payer 
des séquelles pour la vie
- insouciante jeunesse


Fin de mois
la facture du boucher
- Un os à ronger


LC de la Cachette  texte - Clic sur photos

jeudi 10 octobre 2019

jeudi poésie - les hérittiers

Les héritiers

Ils étaient tous réunis

Avec des espérances de nantis

Ils restent cois totalement hébétés

Finalement ce n’était pas gagné

A voir la tête des héritiers

Quand le notaire a annoncé

Que le coffre était vidé

Juste quelques papiers

Des cadres vides

Un tapis roulé

C’est certain que le chaudron servira

Pour la soupe à la grimace

Donc le père était ruiné

Ils auraient du s’en douter

En voyant les scellés

La femme venue avec son panier

Près de son mari s’attendait au magot

Ça devait être une belle journée

Ils ont leurs yeux pour pleurer

Le notaire avec son dossier

A un petit air amusé

Et les oncles dubitatifs

Iront se rhabiller

Qui sait lequel des deux

Sera le prochain héritier


Texte déjà publié en 2014 écrit dans le cadre de "thé ou café" chez Brigitte (écureuil bleu)

LC de la Cachette  texte

vendredi 4 octobre 2019

Tercets du vendredi - Nuages



Nuages de pluie -
Que de fantômes rencontrés
devant le bûcher


L'orage gronde
noirs nuages dans le ciel
- scène de ménage


Pas un nuage
Ciel uniformément bleu
- quel ennui

Embrasement
nuages en dégradé rose
cadeau vespéral

LC de la Cachette  texte - Clic sur photos

jeudi 3 octobre 2019

jeudi poésie - demain





LE HEURTOIR

Je voudrais entendre cogner
Le heurtoir en laiton vieilli
La tête du bélier
Qui s’écrase et gémit.

Je voudrais être dérangée
Par ses coups répétés
Timidement d’abord
Puis de plus en plus fort.

Je voudrais dévaler l’escalier
Crier : « Voilà, voilà »
Sauter sur le palier
Distinguer une voix

Et sourire à quelqu’un.