mercredi 30 novembre 2022

La Seine Musicale

La Seine Musicale  


Le nid et la voile à la proue de l'île Seguin


Vue de l’intérieur une architecture qui rappelle le musée Pompidou de Metz 




Intérieur du magnifique auditorium en "vignoble"


Vue du nid et de la voile depuis le jardin Bellini 

je vous recommande de lire l'article Wikipedia en cliquant sur le titre pour en savoir plus sur cette belle réalisation.

La voile est constituée de panneaux solaires, elle se déplace sur un rail afin de profiter de la meilleure orientation.


mercredi 2 novembre 2022

Dinant

 

Dinant

La citadelle
domine la Meuse
vertige assuré


Adolphe Sax
l'inventeur génial
guette les passants





vendredi 21 octobre 2022

jeudi 29 septembre 2022

Jeudi poésie - Gourmandise

Gourmandise



Effluve

 

Une porte claque et un effluve s'en échappe,
Déjouant la vigilance de son cuisinier,
Et cet arôme fugace, m'enlace et me happe,
Évocation olfactive des fruits du prunier.

Flux de souvenirs, vagues d'images parfumées,
Je retrouve mes dix ans, revois la tourte chaude
Un pâté aux prunes et ses relents sans cesse humés, 
Dessert royal en présence de la reine-claude.
Départ vers le verger, source de mes tentations,
Cueillir les drupes charnues, tant prisées des abeilles,
Prunes à la pruine givrée, volées pour collation, 
Par ma bouche éprise d'une saveur sans pareille.

Retour à la cuisine, tablier blanc de mise,
Cavalcade sur la table, écrins verts aux cœurs bruns,
Puis mains farinées, malaxer une pâte bise, 
Ainsi le boulanger, les deux mains dans le pétrin.

Et je revois ma mère qui, retroussant ses manches,
Chemisait sa tourtière, la garnissant de fruits,
Jolies billes pulpeuses, poudrées de neige blanche,
Coiffées d'un couvre-chef, et disparaissant sans bruit.

Pauvre dessert, enfourné dans sa prison torride,
Non sans nous faire grâce de son bouquet puissant,
Attente de cet instant dont nous étions avides,
De libérer le condamné en l'engloutissant.

 

(Au Moulin de Chauffour) 


Suite à des difficultés techniques diverses je vous lirais toujours avec plaisir

 cependant mes participations ainsi que mes commentaires se feront rares !

LC de la Cachette -  photo

lundi 26 septembre 2022

Croqueurs de mots - défi 268 - Colère !

 

c’est notre vaillante moussaillonne

Jill Bill  qui s’y colle !

Voilà donc ce qu’elle nous propose

pour ce défi 268

Thème du lundi 26 septembre

« Un acrostiche avec l’un des 7 péchés capitaux »

L’Orgueil, l’Avarice, l’Envie, la Colère, la Luxure, la Paresse, la Gourmandise



 Colère

Connaissez-vous la colère la vraie cet

Orage dévastateur incontrôlable

Les puissantes décharges rouges puis noires qui

Électrisent et anéantissent la conscience

Renonçant à toute logique 

Et les mille regrets qui s'en suivent lesteront de plomb mon coeur



Confession de Miss Tigri

Je le confesse

Souvent je pèche

Surtout par paresse

Je ne veux pas m’enorgueillir

Mais il faut bien le dire

Je vous laisse la luxure

Ce n’est pas ma pointure

Par contre les friandises

Attisent ma gourmandise

Et quand il m’en prend l’envie

Les jours où rien ne "souris"

Que tout m’exaspère

J’éclate de colère

Qui cesse avec  les promesses

De douces caresses

Je ne suis pas avare

De ronrons bavards

Mea culpa

(1er octobre 2015)


jeudi 22 septembre 2022

Jeudi poésie : Souvenirs scolaires de saison !




Chanson d'automne

Déjà plus d'une feuille sèche
Parsème les gazons jaunis ;
Soir et matin, la brise est fraîche,
Hélas ! les beaux jours sont finis !

On voit s'ouvrir les fleurs que garde
Le jardin, pour dernier trésor :
Le dahlia met sa cocarde
Et le souci sa toque d'or.

[…]

Théophile Gauthier 



samedi 17 septembre 2022

Miletunesuite 011- Escarcelle

 

Miletune suite N° 11

photo Miletune

Claustrophobie


Au début ça devait être un jeu et c’est en toute confiance que 

je me suis laissée enfermer dans cette baudruche géante…

Très vite c’est devenu un cauchemar !

Quelle idée aussi d’avoir participé à cette animation pour 

francs 6 sous sortis de mon escarcelle…

 

Laissez-moi sortir…


Je me débats prisonnière derrière ce voile opaque, me voilà 

engluée, otage d’une toile glissante et insaisissable.

Ne m’entendez-vous pas hurler ?

A qui m’adresser pour retrouver la liberté, il doit y avoir une 

erreur, je ne peux pas payer une rançon !


Dites-moi que le soleil existe et que je vais me réveiller.

Il me semble que ça dure depuis des heures.


L’air me manque, j’étouffe.

Haletante et le cœur palpitant par cette oppression continue, 

l’angoisse devient insoutenable, je ne peux plus crier juste un 

râle qui sort de ma gorge…


Au Secours