lundi 30 décembre 2019

l'Après... avant 2020




Sache vouloir, vouloir beaucoup.
Vouloir des pieds, vouloir des mains.

Vouloir du cœur, du sexe, de l'âme, des yeux.

Vouloir hier, vouloir demain.

Infiniment. Toujours.

Vouloir comme un tyran.

Vouloir comme l'amour.

Vouloir comme le vent.

Vouloir comme la mer et tous les éléments.

Vouloir jusqu'à l'enfer

Vouloir jusques aux cieux.

Vouloir, entends-tu bien vouloir.*

 
*Extrait de la Volonté de Saint-Pol-Roux


C’est avec cette détermination 
que je vous souhaite la nouvelle année 
pleine d’espérance

dimanche 22 décembre 2019

Noël approche



Il se prépare...


Chaque année
la crèche accueille
un nouveau personnage
voici le tailleur de pierre 




vendredi 13 décembre 2019

Tercets du vendredi - Tempête




Coup de vents
les bateaux dans la tourmente
- éclats du phare


Quatre vint dix neuf
tempête la nuit de Noël
- Forêt meurtrie


Dépression
et tsunami familial
- L'oiseau s'enfuit


Éléments  furieux -
prudence sur l'océan
vagues dominantes

Rochers redoutés
battus par les tempêtes
- Saint Guénolé



jeudi 12 décembre 2019

jeudi poésie - la peur





Terreur


Ce soir-là j’avais lu fort longtemps quelque auteur.
Il était bien minuit, et tout à coup j’eus peur.
Peur de quoi ? je ne sais, mais une peur horrible.
Je compris, haletant et frissonnant d’effroi,
Qu’il allait se passer une chose terrible…
Alors il me sembla sentir derrière moi
Quelqu’un qui se tenait debout, dont la figure
Riait d’un rire atroce, immobile et nerveux :
Et je n’entendais rien, cependant. O torture !
Sentir qu’il se baissait à toucher mes cheveux,
Et qu’il allait poser sa main sur mon épaule,
Et que j’allais mourir au bruit de sa parole !…
Il se penchait toujours vers moi, toujours plus près ;
Et moi, pour mon salut éternel, je n’aurais
Ni fait un mouvement ni détourné la tête…
Ainsi que des oiseaux battus par la tempête,
Mes pensers tournoyaient comme affolés d’horreur.
Une sueur de mort me glaçait chaque membre,
Et je n’entendais pas d’autre bruit dans ma chambre
Que celui de mes dents qui claquaient de terreur.
Un craquement se fit soudain ; fou d’épouvante,
Ayant poussé le plus terrible hurlement
Qui soit jamais sorti de poitrine vivante,
Je tombai sur le dos, roide et sans mouvement.

Guy de Maupassant, Des vers

lundi 9 décembre 2019

Croquurs de mot - Défi 228




Défi 228 de Colette
Thème :

Le quotidien.

À partir de cette citation :

« Le train quotidien va bientôt dérailler,

Qui veut rester dedans n'a qu’à bien s'accrocher. »

Robert de Houx



Quand le quotidien suit son train-train de vie
Souvent un quotidien fait de grands silences
De tendresse de douceur comme une évidence
On se laisse alors bercer par la monotonie
La dérisoire fragilité d’un temps déjà écoulé
Les jours les années se sont accumulés
Les heures trop vite passées et l’arrêt  programmé
On se souvient des amis parfois perdu de vue
Et on se rend compte des kilomètres parcourus
Que le voyage a une fin et qu’elle est pour demain
Avant que tout déraille que l’angoisse nous tenaille
S’accrocher à l’essentiel avant le grand sommeil
Encore un instant un supplément d’envie
Un regain de passion un supplément de vie
 La famille à réunir chaque soir de Noël
Pour les larmes et les rires remercier le ciel


LC de la Cachette - texte - photo

vendredi 6 décembre 2019

Tercets du vendredi - Dépaysement

Chez Lénaïg

(Nida - Courlande)
Des phares différents
ciel et mer restent immuables
- Dépaysement ?

(Écosse)
Nessie endormi -
Un lac aux eaux bien calmes
château d'Urquhart

 (lac majeur - Italie)
Lever du soleil
et qu'importe le pays
- Horizon Est 



A Prague
que de fantômes rencontrés
le soir venu


 Dépaysement
sans faire des kilomètres
- Une bibliothèque
Inutile de s'éloigner
pour se perdre dans la forêt


En Moselle
sans agitation mondaine
loin de la ville 

image internet
La Saint Nicolas 
 grande fête en Alsace-Lorraine
- traditions régionales

 Retour aux sources
conseils du dix huitième siècle
- Une vie rustique

La nature régnait en maître
Le bon sens hélas perdu

Tout l'univers
voyage entre les étoiles
- Être dans la lune

LC de la Cachette - texte - photos 

jeudi 5 décembre 2019

Jeudi poésie - Courage

Colette nous propose le courage pour ce premier jeudi
c'est aussi le thème du Printemps des poètes 2020



Ce cœur qui haïssait la guerre
Ce cœur qui haïssait la guerre
voilà qu'il bat pour le combat et la bataille !
Ce cœur qui ne battait qu'au rythme des marées, à celui des saisons,
à celui des heures du jour et de la nuit,
Voilà qu'il se gonfle et qu'il envoie dans les veines
un sang brûlant de salpêtre et de haine.
Et qu'il mène un tel bruit dans la cervelle que les oreilles en sifflent
Et qu'il n'est pas possible que ce bruit ne se répande pas dans la ville et la campagne
Comme le son d'une cloche appelant à l'émeute et au combat.
Écoutez, je l'entends qui me revient renvoyé par les échos.

Mais non, c'est le bruit d'autres cœurs, de millions d'autres cœurs
battant comme le mien à travers la France.
Ils battent au même rythme pour la même besogne tous ces cœurs,
Leur bruit est celui de la mer à l'assaut des falaises
Et tout ce sang porte dans des millions de cervelles un même mot d'ordre :
Révolte contre Hitler et mort à ses partisans !
Pourtant ce cœur haïssait la guerre et battait au rythme des saisons,
Mais un seul mot : Liberté a suffi à réveiller les vieilles colères
Et des millions de Français se préparent dans l'ombre
à la besogne que l'aube proche leur imposera.
Car ces cœurs qui haïssaient la guerre battaient pour la liberté
au rythme même des saisons et des marées,
du jour et de la nuit.

Robert Desnos 1900 - 1945