lundi 10 mars 2014

Une photo quelques mots 116

Bric à book



La vieille dans les entrailles du métro
Chaque jour un peu plus courbée
Chaque jour je la vois  passer
Son  cabas au  bout du bras
Transportant on ne sais quoi
Petite gens tout de noir vêtue
Fantôme d'une vie oubliée
Dans sa tête plus d'image
La  vieille n'a pas d'âge
Ses enfants éparpillés
Ses trésors oubliés
Mémoire désertée
La vieille
Mes yeux  ne voient qu'elle
Ce spectre c'est ma sœur 
Mon autre  moi-même
Exclue d'un présent
Toujours  inventé
J'irai où  tu  vas
Je suis tes pas
Regarde moi
Près de toi
Je suis là
LC de la Cachette- texte 

25 commentaires:

  1. Jolie prouesse d'associer le fond et la forme de ton texte !

    RépondreSupprimer
  2. Ah oui très jolie prouesse! J'adore ce texte, très sensible et très subtil.

    RépondreSupprimer
  3. C'est beau et poignant, bravo, Josette.
    Bisous et bonne semaine !

    RépondreSupprimer
  4. Josette coucou je file me balader alors à ce soir
    bisou

    RépondreSupprimer
  5. Images très dures, associées à cette forme. Très réussi.

    RépondreSupprimer
  6. Tout cela est vrai et me touche, la vieille qui continue malgré tout, en effet...
    Bisous Josette

    RépondreSupprimer
  7. un texte bien beau et désenchanté. Je n'imagine pas un seul instant, au dynamisme de tes pages que tu sois telle
    bises et belle journée

    RépondreSupprimer
  8. Vivre parce qu'il le faut bien même seule, même âgée et les sorties de bouche, avec le métro, tant qu'elle pourra, indépendante...; Merci Josette... Bises

    RépondreSupprimer
  9. C'est bouleversant de se reconnaître ainsi..!
    Très bien décrit cette vieillesse.. qui devient naufrage!
    Merci Josette de m'ouvrir les yeux !!!

    RépondreSupprimer
  10. Josette bonjour!
    C' est vrai ...
    Et la photo est parfaite pour ton beau poème!
    Passe un bel après-midi peut-être avec beau temps!
    Je t' embrasse fort!

    RépondreSupprimer
  11. Dommage de s'enfermer dans le métro... il fait si beau, mais quand il le faut, il faut !!!
    GROS BECS m'tiote Josette

    RépondreSupprimer
  12. Des mots justes et durs, une réalité sur laquelle il ne faut pas fermer les yeux!
    Par contre ce n'est ta soeur que de coeur.
    Grosses bises et bravo pour ton talent.

    RépondreSupprimer
  13. Elle me touche beaucoup la petite dame en noir.
    Je la sais universelle, je vois souvent celle de Metz.
    Tes mots sont très très vrais et beaux.
    Très bonne soirée, bises de Metz, Marc.

    Merci pour ton commentaires sous les graffitis artistiques de Metz que j'ai photographiés vendredi.
    Comme toi, comme tout le monde, je suis scandalisé, excédé par les graffitis qui n'ont pour but que de vandaliser et enlaidir nos villes.
    Je trouve à l'inverse extraordinaire que des artistes nous offrent leur art.
    A bientôt.

    RépondreSupprimer
  14. C'est une réalité difficile à accepter,mais nous y allons tous.

    RépondreSupprimer
  15. Je vois que ce texte n'est pas plus optimiste que le mien.... Il faut dire que la silhouette de cette femme, chargée de cabas et semblant porter une partie de la misère du monde sur ses épaules, ne se prête guère à écrire quelque chose de joyeux.

    RépondreSupprimer
  16. Un texte vraiment très émouvant! qui illustre à merveille la photo

    RépondreSupprimer
  17. Un très beau texte dont la tristesse rejoint un peu celle de ma propre participation.

    Bises.

    RépondreSupprimer
  18. Ce commentaire a été supprimé par son auteur.

    RépondreSupprimer
  19. Bravo pour ce texte très touchant, associé à une forme vraiment parlante.

    RépondreSupprimer
  20. Je vous remercie pour tous vos commentaires, des encouragements à continuer ce jeu ...
    afin d'avoir le temps de passer vous voir je ne vous réponds plus ici personnellement !

    RépondreSupprimer
  21. J'aime beaucoup cette photo noir et blanc

    RépondreSupprimer
  22. terrible et belle photo
    gros bisous

    RépondreSupprimer
  23. Très touchant cette poésie pleine d'humanisme, j'aime beaucoup aussi le jeu sur la forme.

    RépondreSupprimer
  24. Un très joli texte, émouvant. Bisous

    RépondreSupprimer