vendredi 9 novembre 2018

Tercets du vendredi - Mouchoir


Pochettes brodées
souvenirs d'un temps désuet
- fade cellulose

 *photo internet

Dans les parcs
ils fleurissent en mai 
- Arbres à mouchoirs


Coup de froid
les yeux et le nez pleurent
- vite un mouchoir 

 

jeudi 8 novembre 2018

Jeudi poésie - Francis Carco






La fenêtre est ouverte et le jardin s’endort,
Longuement, avec des bruits d’eau et des murmures
D’invisibles oiseaux blottis dans les ramures
Que le soir a tiédies de sa caresse d’or.


La fenêtre est ouverte. Et monte le silence
Du cœur des fleurs, du cœur de l’ombre jusqu’à nous
Qui, pensifs, l’écoutons venir à pas très doux
Du fond de notre obscure et grave conscience.


La fenêtre est ouverte…et le jardin n’est plus
Qu’une chose confuse et doucement lointaine
Où l’on entend parfois, aux rumeurs des fontaines,
Bouger les ailes des oiseaux qui se sont tus.


Francis Carco

mercredi 7 novembre 2018

Récré du mercredi - Lucette

Pour la récré de Jill


Lucette et ses amies Ginette et Josette
Ne se prennent pas la tête
Elles se racontent des historiettes
Admirant leur collerette
Toutes guillerettes
Pendant leur causette
Parfois Lucette
Chante l'opérette
Joue des castagnettes
Lucette
 Régit la cour à la baguette
Attention maîtresse  Lucette
Veut être la vedette 
De la courette
LC de la Cachette  texte - photo 

lundi 5 novembre 2018

Croqueurs de mots - défi 211



Défi 211
Vous avez reçu une invitation à un vernissage, avec un  ami  ...
Ravie ou outrée vous partagez vos impressions devant les premières œuvres exposées...et mieux si vous insérez 2 expressions contenant le nom d'un animal ! 


Regarde, c'est for-mi-da-ble
Quelle élégance
et cette trouvaille de tenir des planètes ...
J'adooore !

Tu te moques ou tu es sérieuse ,
Ces figures fil de fer recouvertes de papier mâché avec des chaussures improbables c'est tout simplement hideux...

Oh bien sur pour toi il n'y a que les formes qui comptent, ne serais-tu pas un peu...envieuse de la minceur, évite donc de reprendre des petits fours...

Tu sautes du coq à l’âne...
 moque toi de ma taille, avec toi dès qu'on dépasse le 38 on est obèse , regarde donc ces ersatz de poupées et dis moi qu'elles représentent la beauté féminine

Ce n'est pas parce qu'elle ne sont pas douce comme un agneau  qu'on ne doit pas apprécier l'artiste

C'est sur elles ont du chien...mais mal nourri ! Je vais te laisser continuer la visite, pour ma part j'ai d'autres chats à fouetter...j’admets que l'Art relie à tout et qu'il faut analyser ce que l'on voit, mais là pour moi c'est trop...


D'accord on se retrouve au musée Pompidou la semaine prochaine comme prévu ?

LC de la Cachette  texte -clic sur photos









samedi 3 novembre 2018

Lavoir




Sous les voûtes du lavoir
Entends-tu  encore le battoir
Les cris les rires  les pleurs
Les ragots les rumeurs
Le linge sale du notaire
Pas claires toutes ces affaires
Et sa fille
La grande Camille
Je l’ai vu c’est certain
Avec le gars Germain
Ces gens là
Que des bourgeois
Bien propres bien polis
Par devant mais par derrière pardi
A son tour le croquant
En prend pour son content
A grands coups de battoir
Nos querelles nos envies
Nos mesquineries nos jalousies
Résonnent sous les voûtes du lavoir


LC de la Cachette  texte - photo 

vendredi 2 novembre 2018

Tercets du vendredi - premier novembre



* Ossuaires franco-prussien Gravelotte
Tout ces morts
oubliés dans les champs
- Seule de l'herbe

Que de souvenirs - 
Éclosions de fleurs vivantes
 ce premier novembre 


*citrouille fabriquée avec des fers à cheval par mon fils  photo HLC

Fêtons Samain
ouvrant les portes de l'hiver
- qu'il nous soit paisible

LC de la Cachette  texte -clic sur photos

jeudi 1 novembre 2018

Jeudi poésie -La porte magique , Maurice Carême





La porte magique



Le roi vint pour ouvrir la porte

Avec son sceptre et sa clé d’or.

Le roi vint pour ouvrir la porte.

Il lui fallut rester dehors



La reine vint avec l’anneau,

La clé d’argent et son camée.

La reine vint avec l’anneau,

Mais la porte resta fermée.



Puis vint un mage avec sa pie,

Ses talismans et sa clé rouge.

Puis vint un mage avec sa pie,

Mais aucun des verrous ne bouge.



Lors, on manda le serrurier

Avec les mille clés du monde.

Lors, on manda le serrurier

La porte ne frémit d’une ombre.



Alors, un pauvre homme arriva

Par hasard devant cette porte.

Alors, un pauvre homme arriva

Et il l’ouvrit sans embarras

Avec un simple bout de bois.



Maurice Carême (Complaintes)