jeudi 1 juin 2017

Jeudi Poésie - l'avarice- La Fontaine

L’Avare qui a perdu son trésor

L’usage seulement fait la possession.
Je demande à ces gens de qui la passion
Est d’entasser toujours, mettre somme sur somme,
Quel avantage ils ont que n’ait pas un autre homme.
Diogène là-bas est aussi riche qu’eux,
Et l’avare ici-haut comme lui vit en gueux.
L’homme au trésor caché qu’Esope nous propose,
Servira d’exemple à la chose.
Ce malheureux attendait
Pour jouir de son bien une seconde vie ;
Ne possédait pas l’or, mais l’or le possédait.
Il avait dans la terre une somme enfouie,
Son cœur avec, n’ayant autre déduit
Que d’y ruminer jour et nuit,
Et rendre sa chevance à lui-même sacrée.
Qu’il allât ou qu’il vînt, qu’il bût ou qu’il mangeât,
On l’eût pris de bien court, à moins qu’il ne songeât
A l’endroit où gisait cette somme enterrée.
Il y fit tant de tours qu’un Fossoyeur le vit,
Se douta du dépôt, l’enleva sans rien dire.
Notre Avare un beau jour ne trouva que le nid.
Voilà mon homme aux pleurs ; il gémit, il soupire.
Il se tourmente, il se déchire.
Un passant lui demande à quel sujet ses cris.
C’est mon trésor que l’on m’a pris.
– Votre trésor ? où pris ? – Tout joignant cette pierre.
– Eh ! sommes-nous en temps de guerre,
Pour l’apporter si loin ? N’eussiez-vous pas mieux fait
De le laisser chez vous en votre cabinet,
Que de le changer de demeure ?
Vous auriez pu sans peine y puiser à toute heure.
– A toute heure ? bons Dieux ! ne tient-il qu’à cela ?
L’argent vient-il comme il s’en va ?
Je n’y touchais jamais. – Dites-moi donc, de grâce,
Reprit l’autre, pourquoi vous vous affligez tant,
Puisque vous ne touchiez jamais à cet argent :
Mettez une pierre à la place,
Elle vous vaudra tout autant.
Jean de La Fontaine


LC de la Cachette   clic sur photo
Billet programmé ! 

23 commentaires:

  1. Il y a tjs un oeil qui voit, une oreille qui entend et hop, délaissé un beau jour de ses biens... L'argent est fait pur être dépensé, pour vivre, certes avec quelques économies, car on emporte rien à la tombe, autre vie ou pas ! Bises

    RépondreSupprimer
  2. Je connaissais mais j'ai relu avec plaisir. Merci

    RépondreSupprimer
  3. Coucou ma Josette. Voici une belle fable de notre Jean de La Fontaine. Bravo.
    Bises et bon jeudi

    RépondreSupprimer
  4. Je ne connaissais pas cette fable de la Fontaine mais de l'histoire de la cassette de l'Avare de Molière.
    Bises

    RépondreSupprimer
  5. Je l'avais oublié cette fable!

    RépondreSupprimer
  6. Une belle fable que je servirai volontiers à certains membres de notre famille hahahaha

    Bisous :)

    RépondreSupprimer
  7. Toujours d'actualité même si les grippe-sous actuels ne vivent pas chichement, comme des gueux, bien au contraire ! Mais ils en veulent toujours plus.
    La fable montre bien qu'avarice rime avec égoïsme : ce misérable personnage aurait pu, "en temps de guerre" en faire profiter autrui..

    RépondreSupprimer
  8. malicieux La Fontaine !! belle leçon à cet avare ! Parfois des trésors oubliés font le bonheur de simples quidams !! bises !

    RépondreSupprimer
  9. Passionnante fable, Josette, que je ne suis pas sûre d'avoir déjà lue. Merci beaucoup, bon périple écossais, gros bisous !

    RépondreSupprimer
  10. Ah, on pense aussi à Tartuffe et à sa chère cassette !
    Bien vu le trou ! C'est pour y enterrer tes économies ?
    GROS BECS m'tiote Josette.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est notre trésor... ce trou pour le compost !

      Supprimer
  11. Inconnue de moi, je viens de lire la fable avec plaisir. L'actualité est de mise sauf qu'aujourd'hui il y a dépense et amas qui sont et vont de paire...
    Bonne chance pour le compost.

    RépondreSupprimer
  12. bonjour
    coucou Josette de retour
    merci pour la fable
    je te souhaite une bonne fin de semaine
    merci pour ta visite
    bises

    RépondreSupprimer
  13. Il a bien raison, l'argent dont on ne se sert pas est inutile.

    RépondreSupprimer
  14. La sagesse est là...
    Merci pour la fable, Josette. Passe une douce journée. Bisous.

    RépondreSupprimer
  15. quand on m'a volé mes (quelques) bijoux en or hérités de mes grands mères ou offerts pour des anniversaires importants j'étais tristes et puis je me suis dis "ces bijoux je ne les portais jamais, ils dormaient dans leur coffret alors finalement est-ce bien grave? Ils vont être vendus, refondus, transformés et moi je vais croire qu'ils sont toujours dans ma boîte à souvenirs. Et la tristesse s'est très vite envolée, il y a chose tellement plus grave dans nos vies...
    J'aime bien cette fable, merci Josette
    Servons-nous de notre richesse pour embellir la vie.

    RépondreSupprimer
  16. J'avais un peu oublié cette fable de La Fontaine. J'aime beaucoup la morale. Bisous

    RépondreSupprimer
  17. Finalement,il vaut mieux être pauvre ;on a moins de soucis! Bon week end

    RépondreSupprimer
  18. Un bon choix, Josette ! Bravo ! Bon week-end de la Pentecôte ! Bisous♥

    RépondreSupprimer
  19. Jolie fable Josette, et drôle !
    J'ai eu tendance à entasser les objets, ils avaient sans doute des choses à me dire, maintenant certains m'encombrent et j'en amène pas mal à Emmaüs, asi es la vida, en vieillissant on se débarrasse du superflu !
    Je garde en revanche les petits cailloux blancs dans des boites en verre glanés au bord de l'océan...

    RépondreSupprimer
  20. Voilà un trou pour accueillir l'or vert de ton jardin qui fera fructifier au centuple tes semailles !
    Beau dimanche, Josette !

    RépondreSupprimer
  21. Un beau texte qui est encore d'actualité

    RépondreSupprimer
  22. Merci Josette...pour cette fable pleine de sagesse
    Belle et douce journée

    RépondreSupprimer