lundi 16 mars 2020

Croqueurs de mots Défi 233

Un rêve...
Légère... Légère
Je plane entre les nuages
Avec les oiseaux dans un ciel lumineux
Au milieu des cerfs-volants
Je danse dans le vent...
Et pendant ce temps
Sur la terre des sourires
On se croise
On se comprend
Des mains se tendent
Des bras sont ouverts
La violence est bannie
Une musique universelle remplace
Le vacarme des armes
L harmonie règne
C est l Éden retrouvé

Dring dring dring
3 sonneries et la radio prend le relais
... rus... écoles fer...
J arrete la radio
Je retourne sous la couette retrouver mon rêve


DÉSOLÉE toujours s sans mon ordinateur !


jeudi 12 mars 2020

Jeudi poésie



Couronne maléfique 
Obsession médiatique
Rencontre détestable 
Ouragan societal 
Numéro 19
Oh rage optimale
Atmosphère délétère 
Vacarme dans les airs
Ignorance ou imposture 
Recherche aléatoire 
Univers à la dérive 
Sciences spéculatives 

DÉSOLÉE 
Plus de photo 
Plus de liens
Je rame je rame avec cette tablette



mardi 3 mars 2020

Deception

J ai tenté de me servir de la tablette mais avec tant de maladresse que j ai perdu les 25 dernières pages !
Aussi après ce dernier essai j attendrai que l ordinateur revienne de chez le réparateur et que je me familiarisé avec ce nouvel outil

jeudi 5 décembre 2019

Jeudi poésie - Courage

Colette nous propose le courage pour ce premier jeudi
c'est aussi le thème du Printemps des poètes 2020



Ce cœur qui haïssait la guerre
Ce cœur qui haïssait la guerre
voilà qu'il bat pour le combat et la bataille !
Ce cœur qui ne battait qu'au rythme des marées, à celui des saisons,
à celui des heures du jour et de la nuit,
Voilà qu'il se gonfle et qu'il envoie dans les veines
un sang brûlant de salpêtre et de haine.
Et qu'il mène un tel bruit dans la cervelle que les oreilles en sifflent
Et qu'il n'est pas possible que ce bruit ne se répande pas dans la ville et la campagne
Comme le son d'une cloche appelant à l'émeute et au combat.
Écoutez, je l'entends qui me revient renvoyé par les échos.

Mais non, c'est le bruit d'autres cœurs, de millions d'autres cœurs
battant comme le mien à travers la France.
Ils battent au même rythme pour la même besogne tous ces cœurs,
Leur bruit est celui de la mer à l'assaut des falaises
Et tout ce sang porte dans des millions de cervelles un même mot d'ordre :
Révolte contre Hitler et mort à ses partisans !
Pourtant ce cœur haïssait la guerre et battait au rythme des saisons,
Mais un seul mot : Liberté a suffi à réveiller les vieilles colères
Et des millions de Français se préparent dans l'ombre
à la besogne que l'aube proche leur imposera.
Car ces cœurs qui haïssaient la guerre battaient pour la liberté
au rythme même des saisons et des marées,
du jour et de la nuit.

Robert Desnos 1900 - 1945



 

vendredi 29 novembre 2019

Tercets du vendredi - la tasse matinale


Une pensée pour Lady Marianne

Thé nuage de lait
orange pressée et kiwi 
une tartine beurrée


En tête à tête 
petit déjeuner partagé
- Chat assoupi


Avec des graines
ça caquette dans la cour
- Réveil bruyant


LC de la Cachette - texte - photos

lundi 25 novembre 2019

Croqueurs de mots - défi 227

Lénaïg à la commande

Défi du lundi 25 novembre : Inventer un titre de livre puis en écrire la présentation : qui en est l'auteur, de quoi parle-t-il, proposer un extrait, libre à chacun(e) de présenter son livre à sa façon en tâchant de ne pas faire trop long. Pour les pros du dessin, les illustrations "maison" seront les bienvenues.




Je ne parle à personne

Voilà un livre dont on parlera !
 
 C'est le titre du premier roman d’Adèle Zoubiz. Native d'une petite ville de la Creuse cette adolescente a écrit un livre vous surprendra par la profondeur de ses réflexions et la maturité de son raisonnement. 
 Adèle n’a que 14 ans et son histoire nous égare dans les méandres d’un cerveau adulte.
Au centre de l’aventure, Bruno refuse de s’intégrer dans la vie quotidienne, ne se retrouvant que dans un environnement professionnel très contraint.
Tout au long du déroulement de l’intrigue on s’interroge sur les motivations du silence du héros. La fin du livre est incroyablement inattendue.

Extraits :
« L’âme humaine serait-elle du vent ? Elle en a l’inconstance, la frivolité, souvent inquiétante, parfois turbulente suivant les  courants  de ses émotions, hésitante entre douceur et courroux.
Elle est amère  comme un poison, celui qui empoisonne le sang, cet  amer qui éloigne et ce suave qui retient. »…
« Que chaque silence soit une douce parole »…
« Je reste silencieux comme une retraite volontaire à l'écart du monde refusant de se laisser tout à fait réveiller par l'agitation alentour »… 

Laissez-vous porter par ce livre. Un auteur* est né !


*évidement tout est faux...
- auteur fictif et délire de Josette
Dessin de Chloé.
LC de la Cachette - texte - photo