vendredi 12 février 2016

Tercet du vendredi - 14 février !

Billet programmé 

Deux pigeons roucoulent
-- les amoureux de Peynet
sur un banc public


Valentin - tine
Cupidon fait des affaires
Amours sans lendemain

LC de la Cachette  - texte -  

jeudi 11 février 2016

Jeudi poésie


S’enfuir pour entendre le silence
Fuir pour craindre l’absence
Puis revenir pour sentir battre ton cœur

Le sable de la dune
Se souvient de tes pas
La balade au clair de lune
Des larmes que tu versas
L’océan gronde encore
Des murmures précieux
Et mille étoiles d’or
Brillent dans mes yeux

LC de la Cachette  texte -  clic sur photo

mardi 9 février 2016

L'herbier de poésie N° 32

Pour l'herbier d' Adamante

La femme dévoilée tableau d'Arnaud Bouchet


Réveil
Elle s'étire comme une chatte
Trop  longtemps  immobile
Puis ouvre ses paupières
Et de son regard intense
Jaillissent les mystères
De l'Aurore naissant
Son sourire discret
Révèle l'ombre
De ses rêves insensés


lundi 8 février 2016

Croqueurs de mots - défi 159 de Fanfan

Défi 159 
Fanfan à la barre
qui nous demande de poster une petite annonce afin de trouver l'âme sœur... 
les mots en italique sont ceux imposés par le capitaine


Petite annonce

Presque jeune fille aimant faire la foire
Cherche homme jeune, tendre et doux
Comme un carambar
Cultivé mais pas cultivateur
A l'occasion
Ne restant pas de bois
Pour tagada pas flagada
Afin de voir la vie  en rose
Yacht souhaité

Trublion et marchandise périmée
S'abstenir de postuler

Rendez-vous est donné
Chez Fanfan
Qui tient un restaurant réputé
"Le Poirier"
Sur son île de beauté

LC de la Cachette  - texte -  

vendredi 5 février 2016

Tercets du vendredi - chandeleur



Et que ça saute !
La crêpe s'accroche dans le ciel
pour la fêtes des chandelles

Pas de pièce en or ?
Ami Louis donne moi ta main
- Richesse de l'amour


jeudi 4 février 2016

Jeudi poésie - Claude Roy



Petit matin

Je te reconnaîtrai aux algues de la mer
Au sel de tes cheveux, aux herbes de tes mains
Je te reconnaîtrai au profond des paupières
Je fermerai les yeux, tu me prendras la main.

Je te reconnaîtrai quand tu viendras pieds nus
Sur les sentiers brûlants d'odeurs et de soleil
Les cheveux ruisselants sur tes épaules nues
Et les seins ombragés des palmes du soleil.

Je laisserai alors s'envoler les oiseaux
Les oiseaux longs-courriers qui traversent les mers
Les étoiles aux vents courberont leurs fuseaux
Les oiseaux très pressés fuiront dans le ciel clair.

Je t'attendrai en haut de la plus haute tour
Où pleurent nuit et jour les absents dans le vent
Quand les oiseaux fuiront je saurai que le jour
Est là marqué des pas de celle que j'attends.

Complices du soleil je sens mon corps mûrir
De la patience aveugle et laiteuse des fruits
Ses froides mains de sel lentement refleurir
Dans le matin léger qui jaillit de la nuit.

Claude Roy

LC de la Cachette   -  clic sur photo

mardi 2 février 2016

L'herbier en poésie


Proposition 31
Une photo de Susi S
https://plus.google.com/u/0/113330419729360599494/posts

pour l'herbier d' Adamante


Dans le tunnel 
Elles attendaient
Soudain réveillées
En rang serré
Les ombres avançaient
Vers la clarté
Mais du soleil
Ce n'était que le reflet
Elles se précipitaient
Et se sont retrouvées
Au fond de la grotte
Sans comprendre
Qu'il ne se passait
Qu'un voyage
Au bout de leur nuit