vendredi 31 octobre 2014

Tercets du vendredi


Pour toutes les vies
éparpillées par le temps
restent nos fleurs


Demain les mois noirs
Bonbons ou sortilèges
ballet de sorcières




LC de la Cachette- texte, clic sur photos

samedi 18 octobre 2014

Ce sont les vacances... Pause




je me suis évadée 


LC de la Cachette-  clic sur la photo

Photo du samedi - 84

Pour découvrir les participant(e)s rendez-vous chez  AMARTIA

Je vous laisse en compagnie de Marie Sizun qui nous a fait l'honneur et  le plaisir de nous parler de ses livres.
Une rencontre que j'attendais ayant lu presque tout ce qu'elle a publié*.
Une femme de cœur avec une grande sensibilité telle que je me l'imaginais à la lecture de ses romans.
LC de la Cachette-  clic sur la photo
*Mes préférences vont à "Un léger déplacement",  "Un jour par la forêt",  "La femme de l'allemand"...

vendredi 17 octobre 2014

Tercets du vendredi



A eau ou à vent
regrets des moulins d’antan
que d'éoliennes

Dans les bras d’Éole
la terre comme un tableau
griffée de moulins

Des ennemis
que l'Homme de la Manche
à combattu 

LC de la Cachette- texte, clic sur photos

jeudi 16 octobre 2014

Jeudi poésie - Joachim Du Bellay

Défi des croqueurs de mots 

Une expression pour la barre 132 !!!

Quand Joachim se faisait du mauvais sang...

France, mère des arts, des armes et des lois,
Tu m’as nourri longtemps du lait de ta mamelle :
Ores, comme un agneau qui sa nourrice appelle,
Je remplis de ton nom les antres et les bois.

Si tu m’as pour enfant avoué quelquefois,
Que ne me réponds-tu maintenant, ô cruelle ?
France, France, réponds à ma triste querelle.
Mais nul, sinon Écho, ne répond à ma voix.

Entre les loups cruels j’erre parmi la plaine,
Je sens venir l’hiver, de qui la froide haleine
D’une tremblante horreur fait hérisser ma peau.

Las, tes autres agneaux n’ont faute de pâture,
Ils ne craignent le loup, le vent, ni la froidure :
Si ne suis-je pourtant le pire du troupeau.

Joachim Du Bellay, Les Regrets (1558)

mercredi 15 octobre 2014

Récré du mercredi - Pâquerette

Pour la cour de récré de jill 

Pour s'être laissée trop longtemps dorer
Pâquerette dans le bronze figée
Toute alanguie à demi-nue
Sur la plage le soir venu
Patiemment elle attend
La vague caressante
Et le jeune marin
Qui lui viendra 
Pour lui seul
Elle sera
Ondine
Son
AMANTE
LC de la Cachette- texte, clic sur photo


dimanche 12 octobre 2014

Bric à book , une photo - quelques mots - 137

Atelier d’écriture (137è), Une photo quelques mots

© Romaric Cazaux
D'où reviens-tu papy
Il y a si longtemps que je t'ai vu
Mais tu n'étais pas barbu
Lorsque tu es parti

C'est exact mon petit vois tu
J'ai fait ce vœux de ne plus me raser
Lorsque je vous ai tous quittés
Encore bienheureux que tu m'ais reconnu
J'avais envie de voyager
De voir des hommes  des pays
Maintenant c'est bien fini
Je resterai ici
Trop souvent sur ma route
J'ai croisé la haine et la famine
J'ai vu des villes brillantes
Des plaines et des montagnes
Et fréquemment  des désolations
En partant ma famille j'ai déserté
De moi même préoccupé
Aujourd'hui c'est terminé
C'est près de vous que je veux demeurer