jeudi 7 février 2013

jeudi poésie il neigeait Victor Hugo

Pour les croqueurs de mots N° 95 Lénaïg à la barre




 Nicolas Toussaint Charlet, 1836
Épisode de la retraite de Russie



Il neigeait. On était vaincu par sa conquête.
Pour la première fois l'aigle baissait la tête.
Sombres jours ! l'empereur revenait lentement,
Laissant derrière lui brûler Moscou fumant.
Il neigeait. L'âpre hiver fondait en avalanche.
Après la plaine blanche une autre plaine blanche.
On ne connaissait plus les chefs ni le drapeau.
Hier la grande armée, et maintenant troupeau.
On ne distinguait plus les ailes ni le centre :
Il neigeait. Les blessés s'abritaient dans le ventre
Des chevaux morts ; au seuil des bivouacs désolés
On voyait des clairons à leur poste gelés
Restés debout, en selle et muets, blancs de givre,
Collant leur bouche en pierre aux trompettes de cuivre.
Boulets, mitraille, obus, mêlés aux flocons blancs,
Pleuvaient ; les grenadiers, surpris d'être tremblants,
Marchaient pensifs, la glace à leur moustache grise.
Il neigeait, il neigeait toujours ! la froide bise
Sifflait ; sur le verglas, dans des lieux inconnus,
On n'avait pas de pain et l'on allait pieds nus.
Ce n'étaient plus des cœurs vivants, des gens de guerre ;
C'était un rêve errant dans la brume, un mystère,
Une procession d'ombres sous le ciel noir.
La solitude vaste, épouvantable à voir,
Partout apparaissait, muette vengeresse.
Le ciel faisait sans bruit avec la neige épaisse
Pour cette immense armée un immense linceul.
Et, chacun se sentant mourir, on était seul.
- Sortira-t-on jamais de ce funeste empire ?
Deux ennemis ! Le Czar, le Nord. Le Nord est pire.
On jetait les canons pour brûler les affûts.
Qui se couchait, mourait. Groupe morne et confus,
Ils fuyaient ; le désert dévorait le cortège.
On pouvait, à des plis qui soulevaient la neige,
Voir que des régiments s'étaient endormis là.
O Chutes d'Annibal ! Lendemains d'Attila !
Fuyards, blessés, mourants, caissons, brancards, civières,
On s'écrasait aux ponts pour passer les rivières.
On s'endormait dix mille, on se réveillait cent.
Ney, que suivait naguère une armée, à présent
S'évadait, disputant sa montre à trois cosaques.
Toutes les nuits, qui vive ! alerte, assauts ! attaques !
Ces fantômes prenaient leur fusil, et sur eux
Ils voyaient se ruer, effrayants, ténébreux,
Avec des cris pareils aux voix des vautours chauves,
D'horribles escadrons, tourbillons d'hommes fauves.
Toute une armée ainsi dans la nuit se perdait.
L'empereur était là, debout, qui regardait.

Victor Hugo - Les Châtiments

37 commentaires:

  1. Petit de taille mais il avait de grands desseins... Merci Josette, je te souhaite le bon jeudi/poésie, bises de jill

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. c'est le grand froid de cette grande retraite...qui m'a impressionnée avec les mots du grand Victor !
      bises Dame Jill

      Supprimer
  2. Merci, Josette, pour cette piqûre de rappel. Comme il décrivait bien les choses, ce Cher Victor.
    Un poème qui prend aux tripes, et qui fait froid dans le dos.
    Bonne journée !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. un grand poème d'un grand auteur...c'était "grand" le thème Claude

      Supprimer
  3. piqure de rappel ! oui !
    j'ai appris ça à l'école...il y a bien longtemps !
    Eliane

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. oui Éliane, le grand Hugo savait avoir la plume épique...

      Supprimer
  4. Avec ce magnifique texte, tu touches une de mes cordes sensibles, j'aime beaucoup ce texte...
    "Après la plaine blanche, une autre plaine blanche..."
    Grandeur et décadence magistralement écrites par Victor Hugo

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. il y a tant de musique dans ce texte Annick !

      Supprimer
  5. Bonjour Josette. Grande fut la gloire, grand fut l'empire, aussi grands et même pires furent le désastre et le déclin. Magnifique choix que j'ai aimé relire en prenant mon temps, merci beaucoup, Josette. Et froide est la température, même si nous n'avons pas de neige ! Belle journée, gros bisous.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. de grandes visions et Hugo est un grand maître pour les transcrire.
      gros bisous !

      Supprimer
  6. "
    Il neigeait. On était vaincu par sa conquête.
    Pour la première fois l'aigle baissait la tête."

    Oh poésie de mon enfance !
    Merci Josette !!!
    Je vais revenir un peu plus tard, pour déguster :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. oui, Fifi un texte qui se déguste, il est si évocateur

      Supprimer
  7. Pour vous répondre j'ai mis ce lien dans les commentaires:
    http://www.edu.augustins.org/pdf/second/ps/psoe02.pdf

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. merci je vais aller le consulter, elle est très belle cette statue

      Supprimer
  8. Les chevaux... un grand point dans cette défaite/retraite.
    Magnifique poème.

    RépondreSupprimer
  9. Je ne sais pas si nos jours, les jeunes lycéens apprennent toujours de si longues poésie? ...
    Pour ce qui est de la petite crêpe au miel et citron, c'est quand tu veux, il en reste encore!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. je ne sais pas si ils connaissent Victor Hugo!
      j'arrive pour la crêpe :-))

      Supprimer
  10. Comme il m'a bouleversé à l'école ce beau et terrible texte !
    Merci Josette
    Bises du jour

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. il faut reconnaître qu'il a du souffle et qu'il fait frémir...
      bises Marine des oiseaux

      Supprimer
  11. je me souviens de cette récitation!! Mon Dieu que c'était difficile d'y mettre le ton....
    "l neigeait. Les blessés s'abritaient dans le ventre
    Des chevaux morts ; au seuil des bivouacs désolés
    On voyait des clairons à leur poste gelés".... cette phrase me terrifiait !! bises!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. et il y a de quoi le ventre des chevaux morts c'est terrible...
      bonne soirée Chaourcinette j'espère que tu n'as plus de problème avec tes dents ;-))

      Supprimer
    2. Non! ma facette a été remise en place par mon parfait dentiste !! tout va donc pour le mieux! bises!

      Supprimer
  12. Je ne suis pas la seule je vois, à être bouleversée. Les chevaux morts me faisaient pleurer et je ne pensais pas un seul instant aux soldats. J'en voulais beaucoup à Napoléon et à Mr Hugo de raconter ces horreurs.
    Mais quel génie tout de même.

    Grosses bises Josette. Belle soirée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. moi c'était de penser qu'on entre dans le ventre qui me faisait peur !
      bonne soirée et bises Mireille

      Supprimer
  13. Bonsoir Josette,

    Je n'ai pas eu à apprendre ce texte par coeur durant ma scolarité. Est-ce un bien ou un mal ? Je te laisse juge. Depuis, j'ai appris à connaître Victor Huguo et ses écrits. Quoi qu'il en soit, ce texte est vraiment très beau. On ressent toute la tristesse des grognards et la noirceurs de la retraite de Russie. C'est d'ailleurs suite à cette défaite sur les bords de la rivière "Bérézina" que le nom de ce dernier est passé dans le langage courant pour désigner une action qui tourne à la catastrophe.

    Bonne soirée... littéraire,
    Bises.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moscou incendié le froid et la neige...la campagne de Russie nous laisse des poèmes "épiques" et des tableaux grandioses...
      beaucoup plus tard et en France nous auront le mot bistrot (vite) qui passera dans le vocabulaire courant !
      bonne nuit Laurent

      Supprimer
  14. Ce que je vois en premier sur cette toile, c'est le ciel lugubre, menaçant pour enfermer la bêtise de la guerre et tous ces pauvres malheureux qui n'ont rien demandé...
    Le poème de Hugo est proportionnel à ce cauchemar !!!
    Bonne soirée !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. oui Martine ce tableau montre très bien la noirceur des guerres...qui sont toujours hélas d'actualité même si la technique évolue !

      Supprimer
  15. J'ai appris ce texte à l'école primaire et je me souvient encore de quelques vers

    RépondreSupprimer
  16. Il est terrible ce poème!
    Il m'a foutu le bourdon!

    Je vais vite chercher quelque chose de léger pour le digérer!

    ***
    BISOUS ma belle Josette****

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. une p'tite tisane ou un verre avec des glaçons Mildred ça va te remonter le moral :-))
      zoubis

      Supprimer
  17. La soif de grandeur finit mal en général. Une illustration terrible décrite par un Grand de la littérature.
    Même de Victor Hugo, je ne sais quoi m'empêche de m'attarder sur cette description tragique et sinistre.
    Bises et belle fin de semaine Josette

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Shakespeare le fait dire dans Jules César, le mal que les hommes font vit après eux le bien est enterré avec les os !

      Supprimer
  18. Di: Victor Hugo décrit l'horreur avec une plume dont les mots font peur. Mais il le fait avec le grand talent qu'on lui connait. Rien n'empêche que la réalité est là derrière sa plume.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. maintenant la civilisation de l'image oublie les mots terribles qui ne s'oublient pas
      Merci de ta visite Di

      Supprimer