lundi 29 septembre 2014

Bric à book Une photo quelques mots (135è)

Une photo quelques mots (135è) Atelier d’écriture

Photo © Antoine Vitek

Je suis l'amante, 
La sirène de vos nuits blanches
L’ensorceleuse
La danseuse aux mille voiles
Voluptueuse je vous enlace
Envoûté alors que vous croyez m’attraper 
Je me dissipe à vos yeux
Puis disparais en nuée
Et souffle votre vie

LC de la Cachette- texte

samedi 27 septembre 2014

photo du samedi - 81

Pour découvrir des trésors je vous invite chez  AMARTIA


O rage ô désespoir ô pollen ennemi
Enfin ce dimanche est arrivée la pluie...

Que toutes celles qui ont un cèdre dans le jardin compatissent !  

LC de la Cachette-  clic sur la photo

vendredi 26 septembre 2014

Vendanges


Coupeurs à vos rangs
- de la hotte au pressoir
le sang de la terre


Clos Montmartre
lever le ban des vendanges
- cuvée des poètes


Moineaux grappilleurs
sur le chemin de l'école
colique en cascade

jeudi 25 septembre 2014

Jeudi poésie - Élévation , Baudelaire

Au-dessus des étangs, au-dessus des vallées,
Des montagnes, des bois, des nuages, des mers,
Par delà le soleil, par delà les éthers,
Par delà les confins des sphères étoilées,

Mon esprit, tu te meus avec agilité,
Et, comme un bon nageur qui se pâme dans l'onde,
Tu sillonnes gaiement l'immensité profonde
Avec une indicible et mâle volupté.

Envole-toi bien loin de ces miasmes morbides ;
Va te purifier dans l'air supérieur,
Et bois, comme une pure et divine liqueur,
Le feu clair qui remplit les espaces limpides.

Derrière les ennuis et les vastes chagrins
Qui chargent de leur poids l'existence brumeuse,
Heureux celui qui peut d'une aile vigoureuse
S'élancer vers les champs lumineux et sereins ;

Celui dont les pensers, comme des alouettes,
Vers les cieux le matin prennent un libre essor,
- Qui plane sur la vie, et comprend sans effort
Le langage des fleurs et des choses muettes !

Charles Baudelaire

LC de la Cachette-  clic sur la photo

mercredi 24 septembre 2014

Récré du mercredi - Helmut

Pour la cour de récré de jill 


Hello Helmut
Es-tu bien vêtu et
Le manteau végétal du
Mammouth   reconstitué 
Une  fois  taillé l'été  passé
Tu apparais pachyderme retrouvé

(Helmut, surnom du mammouth de Changis Wikipédia)
LC de la Cachette- texte, clic sur photo

lundi 22 septembre 2014

Croqueurs de mots - défi 130 Evasion

Les portes de sa prison
Pour lui que le ciel
Sa seule évasion

Les doigts tachés d'encre
Sur sa page des pâtés
Il ne voit qu'une ancre
Sur la plage ses pâtés

C'est encore un peu l'été
Laissons le  rêver
 Ecrire  sur le sable
La chanson des vagues

L'oiseau sur la fenêtre
Le nuage cotonneux
Attire son attention
Voilà son évasion 

Chut  !

L'Amour en son cœur
Le retient prisonnier
De ces instants bonheur
Il ne veut s'évader
Du temps qui s'écoule
Il se sent ligoté
Les années ont coulé
Dans les livres l'évasion
Son corps se croit alerte
Ses gestes font illusions
Il n'en fera qu'à sa tête
Jusqu'à la grande évasion 
LC de la Cachette- texte -  clic sur les photos



samedi 20 septembre 2014

Photo du samedi - 80

Pour découvrir des trésors je vous invite chez  AMARTIA

Soirée de septembre... 
c'est le soir, voici l'ombre des arbres sur le mur du chemin, je revenais d'une exposition à la bibliothèque dont le sujet était "les arbres" ! 
LC de la Cachette-  clic sur la photo

vendredi 19 septembre 2014

Vendredi Haïku - Sanglier

Thème : Sanglier

Bêtes de compagnie
remisées pour la journée
défense d'approcher


Chemin forestier
un solitaire et son page
- Pas un ragot

(photo prise hier après midi)

LC de la Cachette- texte clic sur les photos

jeudi 18 septembre 2014

Jeudi poésie - La Ville, Emile Verhaeren




LA VILLE
Tous les chemins vont vers la ville.

Du fond des brumes,
Avec tous ses étages en voyage
Jusques au ciel, vers de plus hauts étages,
Comme d'un rêve, elle s'exhume.

Là-bas,
Ce sont des ponts musclés de fer,
Lancés, par bonds, à travers l'air ;
Ce sont des blocs et des colonnes
Que décorent Sphinx et Gorgones ;
Ce sont des tours sur des faubourgs ;
Ce sont des millions de toits
Dressant au ciel leurs angles droits :
C'est la ville tentaculaire,
Debout,
Au bout des plaines et des domaines.
[…]
                                                                     
        Émile VERHAEREN   (1855-1916)
LC de la Cachette-  clic sur la photo
Et ...
C'est vrai, j'aime Paris d'une amitié malsaine ;
J'ai partout le regret des vieux bords de la Seine 
Devant la vaste mer, devant les pics neigeux,
Je rêve d'un faubourg plein d'enfants et de jeux.
D'un coteau tout pelé d'où ma Muse s'applique
A noter les tons fins d'un ciel mélancolique,
D'un bout de Bièvre, avec quelques chants oubliés,
Où l'on tend une corde aux troncs des peupliers,
Pour y faire sécher la toile et la flanelle,
Ou d'un coin pour pêcher dans l'île de Grenelle.

François Coppée

mercredi 17 septembre 2014

Récré du mercredi - Waudru


Pour la cour de récré de jill 

Vous avez dit Waudru ?
Oui Madame cette Waudru
Est bien une Sainte
Et cela sans contrainte
Une sainte à laquelle on prête
(ça se passait dans les oubliettes)
Un amour immodéré
Pour son confesseur préféré...
Que nenni ne croyez pas
Tous ces ragots là
Certes Ghislain était son confesseur
Mais cessez donc ce ton persifleur
Les femmes n'aimaient qu'un mari
En ces temps bénis

samedi 13 septembre 2014

Photo du samedi - 79

Pour découvrir des trésors je vous invite chez  AMARTIA


Une partie de la mairie annexe en perdition rue de la République...
J'espère que les travaux seront rapides  afin de permettre la circulation dans le centre ville.
LC de la Cachette-  clic sur la photo

vendredi 12 septembre 2014

Coucou du haïku - Noisette

Pour profiter des textes de tous les participants je vous invite  chez  

Le soleil décline - 
de nombreuses années passées
près des noisetiers


Sieste à l'ombre -
le chat surveille les pies
  des éclats de noix

Noisettes sauvages
tout au long des sentiers
-  panier de mendiants

LC de la Cachette- texte, photo

jeudi 11 septembre 2014

Jeudi poésie -Souvenir (Hugo)




Demain, dès l’aube, à l’heure où blanchit la campagne,

Je partirai. Vois-tu, je sais que tu m’attends.

J’irai par la forêt, j’irai par la montagne.

Je ne puis demeurer loin de toi plus longtemps.

Je marcherai les yeux fixés sur mes pensées,

Sans rien voir au dehors, sans entendre aucun bruit,

Seul, inconnu, le dos courbé, les mains croisées,

Triste, et le jour pour moi sera comme la nuit.

Je ne regarderai ni l’or du soir qui tombe,

Ni les voiles au loin descendant vers Harfleur,

Et quand j’arriverai, je mettrai sur ta tombe

Un bouquet de houx vert et de bruyère en fleur.

Victor Hugo

(je me souviens que j'avais tendance à remplacer le" houx vert "par "primevère" ! j'avoue qu'il me manquait quelques mots...)

pour Enriqueta et son défi 129 des Croqueurs de mots. 



mercredi 10 septembre 2014

Récré du mercredi - Cyprien


Pour la cour de récré de jill 

Ce matin de la rentrée
Y a un petit nouveau d'arrivé
Pour s'amuser à la récré
Recevez le avec amitié
Il ne faut pas l'effrayer
En effet vous avez remarqué
Nul garçon ici pour jouer

LC de la Cachette-  Texte - clic sur la photo

lundi 8 septembre 2014

Défi 129 - souvenirs


pour Enriqueta et son défi 129 




Pour le défi 
de ce lundi
j'ai choisi
même si ce n'est pas très beau
un montage de photos
prises en septembre le 26
il y a quarante quatre ans

Les ballons étaient de sortis
les amis et les parents
tous à Paris ce jour réunis
le soleil brillait aussi
ce fut une journée bénie... 

Évidement depuis
beaucoup sont partis
je ne les ai pas oubliés
dans mon cœur ils sont restés

"Mariage plus vieux
Mariage heureux"

LC de la Cachette- texte, photo


samedi 6 septembre 2014

Photo du samedi - 78

Pour découvrir des trésors je vous invite chez  AMARTIA

Est

Ouest

La dernière photo de mes vacances prise lundi matin sur le chemin de hallage au niveau de l'écluse du Rouvray
 (canal de Nantes à Brest)
LC de la Cachette- clic sur photo 

vendredi 5 septembre 2014

Coucou du haïku figues de barbarie

Pour profiter des textes de tous les participants je vous invite  chez  


Cactus raquette
les figues de barbarie
un piquant délice

Parfum de figues
les mouettes sur la plage
 - j'écoute




jeudi 4 septembre 2014

Jeudi poésie - Villon


Ballade des Dames du temps jadis
Dites-moi où, n'en quel pays,

Est Flora la belle Romaine,

Archipiades, ne Thaïs,

Qui fut sa cousine germaine,

Echo, parlant quant bruit on mène

Dessus rivière ou sur étang,

Qui beauté eut trop plus qu'humaine ?

Mais où sont les neiges d'antan ?


Où est la très sage Héloïs,

Pour qui fut châtré et puis moine

Pierre Esbaillart à Saint-Denis ?

Pour son amour eut cette essoine.

Semblablement, où est la roine

Qui commanda que Buridan

Fût jeté en un sac en Seine ?

Mais où sont les neiges d'antan ?


La roine Blanche comme un lis

Qui chantait à voix de sirène,

Berthe au grand pied, Bietrix, Aliz,

Haramburgis qui tint le Maine,

Et Jeanne, la bonne Lorraine

Qu'Anglais brûlèrent à Rouen ;

Où sont-ils,  Vierge souveraine ?

Mais où sont les neiges d'antan ?

envoi

Prince, n'enquerrez de semaine

Où elles sont, ni de cet an,

Que ce refrain ne vous remaine :

Mais où sont les neiges d'antan ?


François VILLON  

(j'ai appris cette poésie qui était au programme du certificat d'étude primaire, il y avait aussi le " le coche et la mouche", un "caractère" de La Bruyère...mais celle ballade je ne l'ai jamais plus oubliée !)


pour Enriqueta et son défi 129 des Croqueurs de mots. 



mercredi 3 septembre 2014

Récré du mercredi - Pétronille

Pour la cour de récré de jill 

Pétronille
C'est une petite chenille
Sans histoire
Toute noire
Avec des points vanille
Sur les orties elle gambille
Mais un soir
Elle se laisse choir
Puis d'une chrysalide s'habille
Ça lui fait une drôle de bille
Que cette métamorphose
En tout état de cause
Ne vous moquez pas car papillon
Pétronille est devenue Paon
LC de la Cachette-  Texte - clic sur la photo