jeudi 14 novembre 2013

escale du jeudi - Réménauville Émile VERHAEREN


 Dans la cour de l'école l'arbre mort résiste au temps






Seul l'emplacement de l'église est débroussaillé 


AUX SOLDATS MORTS 

Vous ne reverrez plus les monts, les bois, la terre
 
Beaux yeux de mes soldats qui n’aviez que vingt ans
 
Et qui êtes tombés en ce dernier printemps
 
Où plus que jamais douce apparût la lumière.
 
On n’osait plus songer aux champs d’or
 
Que l’aube revêtait de sa gloire irisée;
 
Seule, la sombre guerre occupait la pensée
 
Quand, au fond des hameaux, on apprit votre mort.
 
Depuis votre départ, à l’angle de la glace,
 
Votre image attirait et le cœur et les yeux;
 
Et nul ne s’asseyait sur l’escabeau boiteux
 
Où tous les soirs, près du foyer, vous preniez place.
 
Hélas! Où sont vos corps jeunes, puissants et fous ?
 
Où sont vos bras, vos mains et les gestes superbes
 
Qu’avec la grande faux vous faisiez dans les herbes ?
 
Hélas, la nuit immense est descendue sur vous.
 
Vos mères ont pleuré dans leur chaumière close,
 
Vos amantes ont dit leur peine aux gens du bourg,
 
On a parlé de vous, tristement, tous les jours,
 
Et puis un soir de juin, on parla d’autre chose.

Émile VERHAEREN (1855 – 1916)


LC de la Cachette - photos

30 commentaires:

  1. Super billet Josette ! Les photos sont émouvantes car il n'y a vraiment plus rien.
    J'ai regardé la semaine sur Arte deux documentaires sur Messines dans les Flandres, un petit villagedes Flandres où la ligne de front passait dans le village comme ici et qui fut totalement détruit aussi et, où de nombreux soldats ont péris. C'est dans ce village que les soldats ennemis avait fêtaient Noël ensemble en 1914.
    La poésie de Verhaeren est admirable de vérité et d'émotion.
    Merci de penser encore à eux.
    Gros bisous Josette.
    Belle journée

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. les villages détruits ont été nombreux, celui-ci est sur ma route... le 11 novembre la pensée pour les soldats et ce jour pour la population civile
      gros bisous Mireille

      Supprimer
  2. J'aime beaucoup cet article... dommage,je ne peux pas lire le texte les lignes se chevauchent.
    Merci pour cer beau partage

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. je ferai plus attention, le poème de Verhaeren se retrouve facilement ...
      bonne soirée Jackie

      Supprimer
  3. Superbe Emile, compatriote ! Eh oui le temps passe et on finit par parler d'autre chose.... sans oublier pour autant, enfant, mari, amant, père....en ces jours sans nom ! Bises Josette

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. tant de souffrances jill...les poètes en parlent mieux que moi !
      bizzzzzzzzzzzzz

      Supprimer
  4. Très beau billet.
    Les pancartes tombées, rédigées en trois langues résument l'histoire du village, et quelle mélancolie poignante dans ces photos, dans ce poème de Verhaeren!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. il n'y a pas que les monuments aux morts...des villages entiers de rasés !

      Supprimer
  5. Somptueuses photos, Josette, superbe hommage à ce village et très belle phrase : l'arbre mort résiste au temps ! Et son tronc est symbole et mémoire ! Et l'émouvant poème de Verhaeren, merci beaucoup, gros bisous.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. un lieu très émouvant Lénaïg,
      gros bisous

      Supprimer
  6. Josette bonjour!
    Un très beau billet avec une première photo - parfaite pour ton poème ...
    Merci et bonne journée pour toi!
    Je t' embrasse!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. cet arbre qui garde des traces de balles m'a paru symbolique Géli,
      bonne soirée et bisous

      Supprimer
  7. Un fort bel hommage à ceux qui ne sont plus là... hélas !!!
    GROS BECS m'tiote Josette

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. l'emplacement de l'école...c'est très émouvant à voir Marité
      gros bisous

      Supprimer
  8. Un village fantôme, c'est terrible...
    Le poème tellement émouvant...
    Un bel hommage, Josette ! Merci pour eux !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Dans cette région il y en a plusieurs, mais celui-ci était presque sur notre route, il est symbolique de tous les drames

      Supprimer
  9. un très bel homage
    et les arbres résistent certains peut être morts , mais les autres tiennent bon
    très belles couleurs d automne
    et j aime beauxoup ce poéte
    bonne journée Josette

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En Bretagne j'ai des lieux tragiques mais pas de cette guerre là !
      bisous Monica

      Supprimer
  10. Merci Josette, pour ce beau reportage photographique. Le poème de Verhaeren finit par parler d'autre chose, mais les enfants de ceux qui ont vécu cette époque n'oublieront jamais. Ils se sont fait un devoir de transmettre leurs souvenirs aux jeunes générations et d'entretenir les lieux de mémoire, tel les amis de Vauquois.
    Toute ma famille maternelle est lorraine et les villages disparus (Réménauville ne fut hélas pas le seul à être entièrement détruit) font partie de la mémoire de mes proches.
    Bises mélancoliques

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Que oui Tilia, j'ai aussi beaucoup de photos des Eparges et du Saillant Saint Mihiel
      que des lieux de mémoires, cette guerre à touché toute la population.
      bises aussi tristes que le temps

      Supprimer
  11. Voilà un poète dont on ne parle pas assez, j'apprécie ses ver, poète de la nature qui me parle bien
    Belles photos pour illustrer tes balade .Je t'embrasse

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. merci Liliane les plus belles poésies sont celles qui s'adressent au cœur.
      bisous

      Supprimer
  12. très beau billet ma josette cheréi et c'est beau aussi que tu l'est signé
    cela donne la vie le pesps je t'mebrasse très cheleureusement ma chére josette. et il faudra que tu mettes ta recette de risotto aux trompettes de la morts
    belle nuit; belle dame qui c'est servir la mémoire importante et tu es allée sur les lieux , çà c'est les frissons à chaque pas

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as raison Frankie sur les lieux c'est beaucoup plus impressionnant, on sent cette vie sous les pas le long de ces rues, une grande émotion et des frissons au cours de cette visite et se trouver là seule pour imaginer les bruits et la fureur dont les arbres portent encore les cicatrices.
      je t'embrasse
      (je te mets bientôt la recette mais là dodo ! )

      Supprimer
  13. Impressionnant, les images parlent plus qu'un long discours...
    Tant de vies et de bonheur détruits à jamais...

    Je suis allée à Fleury-devant-Douaumont car mon grand-père a combattu tout près...C'est aussi impressionnant, un autre village anéanti!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. j'ai aussi ressenti beaucoup d'émotion dans ces lieux à visiter et à montrer bien plus que les défilés militaires.

      Supprimer
  14. Ta page est pleine d'émotion Josette et bien que le poème d'Emile Verhaeren apparaisse avec les phrases coupées horizontalement, j'ai pu le lire et j'en ai eu les larmes monter aux yeux... Que de tristes souvenirs enfouis sous les feuilles...
    Bisous pour toi Josette.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour nous aussi l'émotion était grande dans ce lieux désert, j'avoue que seule je n'aurais pas été fière malgré le grand calme de ce village, les arbres portant les traces de la mitraille donnent encore plus de réalité au lieu.
      je t'embrasse Oxy, à demain pour la photo

      Supprimer
  15. un choix magnifique et de saison ... qui devrait faire réfléchir au sens de presque toutes les guerres

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. émotion et réflexion Jeanne ne se font pas dans la précipitation !

      Supprimer