jeudi 17 janvier 2013

Jeudi en poésie Le Lethé Baudelaire



Pour la communauté : « Les Croqueurs de Mots »
Hauteclaire à la barre n° 94


Femme fatale


Le Léthé

Viens sur mon cœur, âme cruelle et sourde,
Tigre adoré, monstre aux airs indolents ;
Je veux longtemps plonger mes doigts tremblants
Dans l'épaisseur de ta crinière lourde ;

Dans tes jupons remplis de ton parfum
Ensevelir ma tête endolorie,
Et respirer, comme une fleur flétrie,
Le doux relent de mon amour défunt.

Je veux dormir ! dormir plutôt que vivre !
Dans un sommeil aussi doux que la mort,
J'étalerai mes baisers sans remord
Sur ton beau corps poli comme le cuivre.

Pour engloutir mes sanglots apaisés
Rien ne me vaut l'abîme de ta couche ;
L'oubli puissant habite sur ta bouche,
Et le Léthé coule dans tes baisers.

A mon destin, désormais mon délice,
J'obéirai comme un prédestiné ;
Martyr docile, innocent condamné,
Dont la ferveur attise le supplice,

Je sucerai, pour noyer ma rancœur,
Le népenthès et la bonne ciguë
Aux bouts charmants de cette gorge aiguë
Qui n'a jamais emprisonné de cœur.

Charles Baudelaire

Tableau Eduardo Deza



34 commentaires:

  1. Effectivement, une image de femme fatale...
    Très bonne journée,Josette, je t'embrasse.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. c'était le thème imposé Norma...

      je t'embrasse dans le froid (enfin !)

      Supprimer
  2. quel beau tableau
    ( aujourd hui j ai trop froid pour poser ainsi ) loll
    la bretagne est dans le froid hier un petit degré sur le massif armoricain
    bonne journée pour toi
    bises Josette

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. des T° négatives...enfin l'hiver montre son nez et la lumière revient
      kénavo et garde une petite laine Monica !

      Supprimer
  3. Il faut reconnaitre qu'il a du mal à l'"oublier".
    C'est vraiment une femme fatale et Charles ne va pas s'en sortir.
    Gros bisous et belle journée

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. oui, mais il le dit si bien notre Charles !
      bisous tout glacées Mireille

      Supprimer
  4. Bonjour Josette ! Charles est bel et bien prisonnier d'une toile de femme fatale... l'autre toile n'est pas mal non plus ! Bon jeudi/poésie ! Bizzzzzzzzz

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. nous sommes aussi prisonnière d'une toile Jill
      si ça te plait ça me fait plaisir
      bizzzzzzzzzzzzz

      Supprimer
  5. Baudelaire n'a pas eu la chance d'être reconnu de son vivant mais il se rattrape depuis... la preuve :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. il l'était bien un peu...mais ça l'arrangeait aussi de jouer les maudits !

      Supprimer
  6. Magnifique choix de texte !!!!
    Bonne journée
    Bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. je ne connais pas assez de femmes fatales pour avoir un grand choix Claudine ! belle journée sous le soleil...froid

      Supprimer
  7. Un poème fatal ... je meurs de ce sublime éclat ;-)
    PS : le tableau est magnifique ... Qui ?
    Bizz et merci pour ces suaves beautés dangereuses
    Valdy

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour valdy, reste avec nous ne meurt pas... j'ai mis le lien pour le tableau d'Edouardo Deza.
      bizzzzzzzzzzzzzzzz

      Supprimer
  8. ah Beaudelaire !!! qui sait mieux que lui parler d'amour ?? ce tableau est superbe !! bizzzzzzz

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. encore un de mes favoris Chaourcinette !
      bizzzzzzzzzz

      Supprimer
  9. Une poésie élégante, mais un peu trop vénéneuse à mon goût !
    La peinture est une belle illustration du poème. Tout particulièrement le pavot, symbole du sommeil qu'il provoque et de l'oubli qu'il engendre.
    En écho à Baudelaire, je serais tentée de citer Shakespeare
    Dormir, et rien de plus ! et puis ne plus souffrir !
    Fuir ces mille tourments pour lesquels il faut naître !
    Mourir, dormir ! Dormir ! qui sait ? rêver peut-être !

    Ouf ! depuis hier, le soleil est enfin sorti de son long sommeil hivernal :)

    RépondreSupprimer
  10. j'ai aussi pensé à Hamlet quand j'ai lu le poème une influence certaine de Shakespeare.
    enfin le soleil Tilia c'est bon pour le moral !
    je continue à chercher les réponses à ton carré magique :-)

    RépondreSupprimer
  11. t'as pas une petite couverture à lui mettre sur le dos !! elle me donne le frisson ! (rires!)
    Eliane

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. tu as raison ça gèle elle n'as pas une tenue de saison !

      Supprimer
  12. JOsette bonne soirée
    A demain sur ton blog
    JE t'embrasse

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. merci France je vais ma coucher bonne nuit !

      Supprimer
  13. C'est un bel ensemble le tableau et le poème. Beau choix.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. merci Solange Baudelaire et la femme tout un programme !

      Supprimer
  14. Baudelaire qui mieux que lui pouvait aborder le sujet ???

    RépondreSupprimer
  15. Il y a beaucoup de femmes fatales en ce moment : les hommes n'ont qu'à bien se tenir!

    Et pas frileuses en plus! Bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. tu as remarqué ??? une petite laine s'impose non !
      bisous Fanfan

      Supprimer
  16. Coucou Josette. J'ai tout de suite reconnu Baudelaire, qui n'a pas son pareil pour décrire la femme fatale et j'ai découvert un intéressant tableau d'une femme létale. Bravo pour l'intensité que tu donnes au sujet, bises.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. fatale et létale une petite différence mais ça va quand même pour le thème il suffit de jouer sur les sens hi hi !
      bises lénaïg

      Supprimer
  17. Di: Pauvre homme, esclave d'une femme fatale. Il le paiera cher le peu de bonheur qu'elle lui a procuré. Bisous et à bientôt.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou Di tu nous as envoyé la neige...le pauvre homme va courrir pour fuir la femme fatale !

      Supprimer
  18. Très bel ensemble!
    Les poèmes de Baudelaire me rendent toujours triste!

    ***
    Re-ROISOUS ma belle Josette****

    RépondreSupprimer
  19. c'est le coté spleen qu'il a voulu écrire Mildred, chaque époque à sa mode !
    rebises

    RépondreSupprimer