vendredi 30 novembre 2012

coucou du haïku 4

Pour le coucou du haïku de Marie-Alice et Mamylilou



Au long du chemin
rougissant de confusion
...toutes ces feuilles
Dans la forêt
émergent  sous mes semelles
des champignons jaunes
Derrière un bosquet
une ombre s'agite
peut-être le loup

jeudi 29 novembre 2012

Ma cousine

Jill à la barre (n° 91)

Ma cousine je l'aime bien
Un peu crédule
Un peu naïve
Assez de bon sens
Pour se moquer
De l'actualité
Elle a une tête d'oiseau
Faut pas trop lui en demander
Ma cousine
Elle a une drôle de bobine
C'est pas une citadine
Ma cousine
Elle baragouine
Ma cousine vous la connaissez  
C'est Bécassine

mercredi 28 novembre 2012

Réponse :

Bravo pour les idées et voici la réponse "officielle" !
 
 
Si vous passez au Guilvinec, suivez la côte et vous trouverez ces "cicatrices"

lundi 26 novembre 2012

samedi 24 novembre 2012

vendredi 23 novembre 2012

le Coucou du haïku (3)

Pour le coucou du Haïku de Mamylilou et de Marie-Alice

le pain



Le chant des blés d'or
du laboureur au meunier
la saveur du pain
***
Craque  la croute
la tartine du déjeuner
matin lumineux
***

Labeur quotidien
à la sueur de mon front
pain sur la planche

jeudi 22 novembre 2012

Jean RICHEPIN

Jeudi en poésie de Suzâme "les oiseaux"
Jean RICHEPIN

La Mer

Mouettes, gris et goëlands
Mêlent leurs cris et leurs élans.
Leur vol fou qui passe et repasse
Tend comme un filet dans l'espace.
Mouettes, gris et goëlands
Mêlent leurs cris et leurs élans.
Parmi les mailles embrouillées
Grincent des navettes rouillées.
Mouettes, gris et goëlands
Mêlent leurs cris et leurs élans.
Ces navettes à l'acier mince,
c'est leur voix aïgue et qui grince
Mouettes, gris et goëlands
Mêlent leurs cris et leurs élans.
On voit luire en l'air dans les mailles
Des ors, des nacres, des écailles.
Mouettes, gris et goëlands
Mêlent leurs cris et leurs élans.
C'est un poisson que l'un attrape
Et qu'au passage un autre happe.
Mouettes, gris et goëlands
Mêlent leurs cris et leurs élans.

Holà ! ho Du coeur à l'ouvrage !
La mer grossit. Proche est l'orage.

Mouettes, gris et goëlands
Doublent leurs cris et leurs élans.

Mais soudain, clamant la tempête,
Le pétrel noir au loin trompette.

Mouettes, gris et goëlands
Brisent leurs cris et leurs élans.

Vite, vers leurs grottes fidèles
Ils retournent à tire-d'ailes.

Mouettes, gris et goëlands
Rentrent leurs cris et leurs élans.

Lui, sa clameur stridente augmente...
Quand vient ce roi de la tourmente,

Mouettes, goëlands et gris
N'ont plus d'élans, n'ont plus de cris.
***

Sentir dans l’air flotter des présences
Ecouter le chant des dunes puis
Croiser en chemin des ombres remuantes
Entre murmures et vibrations solaires
Un vol de goélands et toujours l’océan
Pour amant
.

lundi 19 novembre 2012

Bleu


tu veux ma photo ?

Portrait de famille


Ne te retourne pas je crois qu'on nous regarde...
L'est pas bleu le ciel breton ?

 

samedi 17 novembre 2012

dans les bois

Dans les bois...

J'ai croisé le petit chaperon rouge ... 
Il revenait de chez Mère-Grand
il n'avait plus son panier, sa galette et le pot de beurre frais !

vendredi 16 novembre 2012

Le coucou du haïku

Le coucou du haiku de Mamylilou et Marie-Alice


Deux petits soleils
sur la branche dépouillée
mendient leur pitance

***
Sentier forestier -
Dans la brume du matin
le cri d'un corbeau

***

jeudi 15 novembre 2012

Olivier de Magny

Olivier de MAGNY 1529 - 1561
Gordes, que ferons-nous ? Aurons-nous point la paix
Aurons-nous point la paix quelquefois sur la terre ?
Sur la terre aurons-nous si longuement la guerre,
La guerre qui au peuple est un si pesant faix ?
Je ne vois que soudards, que chevaux et harnois,
Je n'ois que deviser d'entreprendre et conquerre,
Je n'ois plus que clairons, que tumulte et tonnerre
Et rien que rage et sang je n'entends et ne vois.
Les princes aujourdhui se jouent de nos vies,
Et quand elles nous sont après les biens ravies
Ils n'ont pouvoir ni soin de nous les retourner.
Malheureux  sommes-nous de vivre en un tel âge,
Qui nous laissons ainsi de maux environner,
La coupe vient d'autrui, mais nôtre est le dommage.

lundi 12 novembre 2012

Rouge

un peu de rouge pour éclairer Novembre
avec l'air du large en prime


celui du Guilvinec


ou de Concarneau


mais aussi celui de Sainte Marine...

Ne piquer pas un phare

 Après avoir grimpé jusqu'au feu j'espère que vous êtes bien réchauffés !




vendredi 9 novembre 2012

 Le coucou du haiku de Mamylilou et Marie-Alice
ville sous la pluie, toile de A. Bolotov
Au pied de la Butte
un petit coin de paradis -
chantons sous la pluie
***

Rendez-vous en ville
Dansons la capucine
sous le parapluie

***

dimanche 4 novembre 2012


coin-coing...
La saison des gelées approche et il peut parfois faire un froid de canard



Bon là , il faisait encore chaud et les canards poursuivent la cane sans attendre la photographe ! En ouvrant l'oeil on peut les apercevoir vers les roseaux.
Pas de canard en gelée au menu mais...
gelée de coing sur le feu...


et bientôt dans le placard !
Une petite tartine ?





vendredi 2 novembre 2012

LES COPINES D’ABORD


Avec un peu de retard je retrouve cette adaptation de la chanson de Brassens écrite pour une de nos manifestations !


LES COPINES D’ABORD









L & D Printemps des poètes  06/03/2009
(paroles d’Arlette)
 

Non, ce n’était pas un cadeau



D’animer toutes ces ex-ados
Il a fallu pourtant qu’j’ m’y colle
Pourtant que j’m’y colle
Les joies  les rires et les plaisirs
Les poésies à applaudir
Apprises par les copines d’abord
Les Copines d’abord.
Ce n’sont pas des amies de luxe
Des sœurs de Castor et Pollux
Enfants de Sodome et Gomorrhe
Sodome et Gomorrhe
C’étaient pas des amies choisies
Mais le hasard a bien suivi
Servant, et oui, grand réconfort
Aux copines d’abord.
Les réunions du groupe mnésique
C’est pour ne pas être amnésique
Entretenir nos p’tits neurones
Nos petits neurones
Oui, mais jamais, au grand jamais
On s’prend la tête si nulle ne sait
On souffle, on rit, on applaudit
Et on est ravies.
Ce n’est pas qu’d’la littérature
A l’origine d’cette aventure
N’en déplaise aux jeteurs de sort
Aux jeteurs de sort
Mais d’la mémoire et des beaux text’s
Que nous cherchons, ah! Quel prétexte
Pour réciter coquin de sort
Aux copines d’abord.
Ce n’sont pas des anges non plus
Mais sont toujours très assidues
Nous aimons bien nous retrouver
Autour d’un café
Andrée, Arlette ou  Anne Marie
Récitent des textes qu’elles ont écrits
On applaudit et on adore
Les copines encore !!
Au moindre coup de Trafalgar
C'est l'amitié qui reprend l'quart
C'est elle qui nous rendra plus fortes
Nous rendra plus fortes
Alors quand l’une est en détresse
Qu'elle nous envoie un S.O.S.
On est toutes là et on phosphore
Encore et encore.
 
Et vous ici si m’en croyez
Jouez, chantez et puis rêvez
C’est le secret de la jeunesse
Oui de la jeunesse
La poésie est un plaisir
Et croyez m’en elle fait grandir
Et toutes ici nous on l’adore
Oui nous on l’adore.





Trois ans plus tard...nous sommes toujours
Les copines encore...