jeudi 15 novembre 2012

Olivier de Magny

Olivier de MAGNY 1529 - 1561
Gordes, que ferons-nous ? Aurons-nous point la paix
Aurons-nous point la paix quelquefois sur la terre ?
Sur la terre aurons-nous si longuement la guerre,
La guerre qui au peuple est un si pesant faix ?
Je ne vois que soudards, que chevaux et harnois,
Je n'ois que deviser d'entreprendre et conquerre,
Je n'ois plus que clairons, que tumulte et tonnerre
Et rien que rage et sang je n'entends et ne vois.
Les princes aujourdhui se jouent de nos vies,
Et quand elles nous sont après les biens ravies
Ils n'ont pouvoir ni soin de nous les retourner.
Malheureux  sommes-nous de vivre en un tel âge,
Qui nous laissons ainsi de maux environner,
La coupe vient d'autrui, mais nôtre est le dommage.

39 commentaires:

  1. De bien jolis vers pour cette œuvre magistrale très réaliste.
    Le monde a perpétuellement était en guerre. Et ces vers sont d'actualité.
    Bravo Josette
    Gros bisous et belle journée.

    RépondreSupprimer
  2. Les années , les siècles passent et .... rien ne change.
    Superbe tableau accompagné d'un très beau poème
    Bisous chère Josette
    Martine

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. hélas Martine rien ne change en effet malgré les "plus jamais..."
      bisous et bonne soirée

      Supprimer
    2. Coucou... Je viens de te découvrir

      Supprimer
    3. Bonsoir Jeanne je suis heureuse de ta visite...bonne soirée

      Supprimer
  3. c'est bien beau, le tableau et le poème, effectivement, rien ne change dans ce bas monde , bisous et belle journée

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. bonsoir Boutfil l'évolution n'est pas toujours comme on la souhaiterait !
      bonne soirée et bisous

      Supprimer
  4. Avec la colombe volons et chantons pour la paix des nations !!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Chantons Annick...mais restons réalistes la paix éternelle reste dans nos rêves
      bonne soirée

      Supprimer
  5. Et tjs d'actualité... Je me souviens d'une chanson des Poppies... Non rien n'a changé tout a continué... Merci Josette, bon jeudi à toi, bizzzzzzzzzzzzzzzzz

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. coucou Jill, à se demander si l'homme évolue autrement que dans la technicité !
      bisous

      Supprimer
  6. bonjour Josette
    un tableau saississant
    les chevaux aussi couchés parmis les morts ont payés leur tribut
    les guerres sont des cruautés des massacres autorisés
    bon jeudi pour toi
    bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. bonsoir Monica

      moins de chevaux de massacrés mais plus d'hommes maintenant...
      bises à toi aussi

      Supprimer
  7. Quel bon choix Josette! Je ne connaissais pas ce poète et suis émue pas sa lucidité.
    J'anime pour la 1ère fois un défi et 2 jeudis en poésie pour la Communauté Croqueurs de mots chez Overblog. Je publierai une liste des participants dont tu feras partie. A bientôt. Suzâme

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ton poème date de la même époque mais c'est un poème d'amour... heureusement !
      merci pour tout Suzâme à bientôt

      Supprimer
  8. C'est fou comment effectivement, rien n'a changé...

    Belle journée à toi.

    Bises.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. rien ne change et c'est parfois désespérant !
      bises Ulysse, bonne soirée

      Supprimer
  9. Bonjour Josette, ah oui, on est frappé par la véracité, l'actualité de ce poème ancien encore aujourd'hui et on se sent très proche d'Olivier de Magny comme s'il était parmi nous. Sans nous décourager, alors, essayons d'écrire un peu comme lui et de dénoncer les atrocités, que le monde avance, lentement mais quand même. Gros bisous.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. tres lentement Lénaïg, très lentement et pas toujours dans la bonne direction, les lendemains ne chantent pas vraiment !
      bonne soirée et bises

      Supprimer
  10. Une belle page en vieux françois Josette et que de dégâts !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir Marine
      ce poème m'a frappé par son actualité... hélas !
      bonne soirée et bises

      Supprimer
  11. Joli sonnet en faveur de la paix. Hélas, elle restera à jamais qu'une utopie.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. tu vois déjà au XVI ème on se plaignait des "gouvernants" plus de princes mais quel résultat ?
      bises Michel

      Supprimer
  12. La guerre a bien changé!
    Mais c'est toujours le peuple qui est décimé!
    Et croire à la paix, qui le pourrait?
    Quand les grands ne cessent de nous déplumer!

    ***
    Gros BISOUS ma Josette * Et très belle soirée****

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Mildred..rien ne change ue la mode et la technique mais l'homme reste un neantertalien !et peut-être pire
      bizzzzz ma zamie ! bonne soirée à toi aussi

      Supprimer
  13. D'actualité, Josette !
    Je t'embrasse.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. hélas Norma je doute fort que les choses changent au cours des siècle, c'est un poème que j'ai découvet il y a longtemps...il reste toujours d'actualité
      bonne soirée Norma

      Supprimer
  14. Réponses
    1. bonne soirée à toi aussi Malika, merci de ta visite

      Supprimer
  15. Tableau éloquent de la guerre, et le poème témoigne de la plainte des hommes aux mains du pouvoir.En sera-t-il toujours ainsi ? Merci pour ces choix et la découverte du blog !
    Belle soirée
    Alice

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. merci Alice d'être passée ici... chez une débutante
      bonne soirée

      Supprimer
    2. un tableau et poème qui montrent toutes l'horreur de la guerre!Aurons-nous point la paix quelquefois sur la terre ?hélas, le monde ne tire aucun enseignement de tout ça!Un texte écrit en vieux Français avec des expressions et vocabulaire presque qu'oubliées "Je n'ois que deviser d'entreprendre et conquerre... Merci à toi de ce partage. Passe une bonne soirée. chloé
      merci de ton passage chez moi. ton commentaire m'a beaucoup émue.

      Supprimer
  16. Je crois que l'humanité est faite pour se battre, On voit ce qui se passe en Syrie où son peuple s'entretue et dans la bande de gaza où "Palestine" et Israël se détestent et se détesteront jusqu’à' à la fin des temps ou au delà.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. il reste une grande marge à l'homme pour évoluer...mais il se contente de problème mineurs !
      bonne journée Claude, je n'ai pas d'idée pour tes petits carrés ...

      Supprimer
    2. Di Anonyme: C'est dur de croire que la paix régnera un jour partout sur Terre, quand on sait aussi que souvent dans les familles ça se déchire en se faisant la guerre, pour des questions d'héritage ou autres... Par contre, des choses changent pour les femmes. Elles sont reconnues comme ayant une âme. Bisous Josette !

      Supprimer
    3. une âme et un corps... si j'en crois Cunégonde, Djozette and Co !
      bonne journée Di
      bisous

      Supprimer
  17. Apparemment la liste des poètes de la Renaissance n’est pas close.
    Ou alors il existe des contemporains tres forts pour le pastiche,
    des faux-monnayeurs littéraires !!

    Trois sonnets surgis de nulle part ailleurs, trouvés sur le Net
    (signés « Le Seigneur des Anneaux ». Il faut 50 post pour lui
    envoyer un mp je ne peux interroger le posteur).

    En tout cas si c’est un pastiche je ne vois qu’un génie comme
    l’habile Robert Rapilly ou le facétieux Louis Latourre pour avoir
    ce talent? Merci de me dire si vous trouvez un auteur ancien
    ou plutôt moderne ?

    I. Loing du propos ſans gouſt, loing du parler groſſier
    Qui trop regna long-temps par le paÿs de France.
    Loing des amuſemens, ſans ame, ſans ſcience,
    Où mainct poëte hier cruſt bon de ſ’oublier.

    Loing des diſcours oiſeux, des ſonges de papier,
    Phebus de ſon grant art nous rend la conaiſſance.
    Homere puis Petrarque y joignans leur puiſſance,
    Noſtre langue à nouveau voit ſon ſoleil briller.

    Un poëme aux accens ſçavament agencez
    Prolonge la leſſon dez grans maiſtres paſſez.
    De la Grece et de Rome il conſerve la marque.

    Mais lors ſa plus grant gloire au royaume françois,
    Son laurier qu’au jour d’huy le plus hauct je luy vois,
    C’eſt de ſçavoir charmer ſon bien aymé monarque.

    II. Qui veult conoiſtre vn homme aux mille courtiſans,
    Doibt comme luy ſe faire amy de l’injuſtice,
    Cherir la vanité, l’envie, l’avarice,
    Et toutes les vertus communes aux puiſſans.

    Qui veult conoiſtre pis, perfides, malfaiſans,
    Des ſept pechez mortels toujours pronts au ſervice,
    Il doibt entrer de Rome en la Tres-Haulte Lice
    Y renconſtrer la Beſte et tous ſes partiſans.

    Paſſant par tous degrez, ſous-diacre, diacre, preſtre,
    Eveſque et archeveſque, il ſe preſente au Maiſtre
    Avecque toge pourpre et galero bouffon :

    Car la couleur icy change en vertu le vice.
    Et l’apparat pompeux qu’on dict cardinalice
    Deſguiſe la rougeur que meſt la honte au front.

    III. Vous ſçachant trop, la nuict, ſous l’amoureuſe loy
    Courir diſſimulee où le Desir vous meine,
    Je doubte ſi mon cueur doibt en reſſentir peine,
    Ou s’éjouir plutost de voſtre peult de foy.

    Car ſur ce champ celé dont vous payez l’octroy,
    Scrupule ny regret ny honte ne vous freine.
    Et vous tenez, ce ſemble, à vous imposer geſne
    En affirmant le jour n’eſtre jamais qu’a moy.

    LAURE, j’ay plain ſoupçon de vos eſbats nocturnes.
    Mais quand de pleurs jaloux je remplirois cent urnes
    Ils ſecheroient bien toſt ſous vos ardans ſoleils :

    De la fidelite la chaiſne m’importune.
    Nous ſommes loupve et loup que faict ſortir la lune ;
    Commune liberté faict nos chemins pareils.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. merci Cecil je ne connais pas ces textes...je chercherai dans un grimoire
      bonne journée

      Supprimer
    2. Bonjour, très beau sonnet, Olivier de Magny mérite une plus grande médiatisation, sa plume est souvent belle.
      "J'espère et crains d'un seul courage,
      Mon profit m'apporte dommage,
      Et le jour le plus beau qui luit
      Ne m'est que ténèbre mortelle,
      Bref, j'ai sans fin soit jour ou nuit
      D'un vieil désir peine nouvelle,
      En suivant celle qui me fuit."
      Pour ces sonnets de Cecil prétendument repris à Olivier de Magny et rendus à Du Bellay ? On en trouve 4 sur YouTube !.
      Ce sont des pastiches c'est certain et écrits par Louis Latourre un poète qui n'en est pas à son premier faux!!! On voit son nom à la fin de la dernière vidéo.

      http://www.youtube.com/playlist?list=PLw_bOW3oZG0EMmUnEx5Qxa3d5BVyu_4oj

      Supprimer